Difficile d’attaquer une critique sur un acteur qu’on respectait et que sa sortie (trop tardive), en DTV qui plus est, rappelle ce triste souvenir. Paul Walker était un habitué du film d’action. Dans ce petit film il interprétait le rôle d’un père qui fait tout son possible pour maintenir sa toute jeune fille (née prématurée) en vie dans ce climat de catastrophe naturelle. Une belle histoire poignante admirablement jouée par l’acteur.
La sortie salle américaine a eu lieu après le drame (Paul Walker est décédé le 30 novembre 2013 – la sortie du film 13 décembre) d’où un accueil mitigé entre hommage et qualité réelle du métrage. En tout cas on comprend que le désir de Paul était justement de casser son image à travers ce drame. Sa femme met au monde sa fille et décède. Il se retrouve tout seul avec cet enfant en pleine tempête. L’hôpital se retrouve en panne d’électricité et fonctionne à présent sur les blocs et groupes électrogènes de secours.
On a donc affaire à un huis clos avec quasiment un seul acteur puisque sa fille ne peut pas lui donner la réplique. C’est un exercice plutôt difficile que le réalisateur scénariste (on lui doit les scénarios de Destination finale 5, The Thing et Freddy le remake) réussit dans les trois quarts du métrage. Paul Walker est vraiment bouleversant.

HOURS AFFICHE

Malheureusement et peut être faute de budget la catastrophe naturelle (L’ouragan Katrina) est mis de côté et elle devient un simple élément déclencheur du récit; au point d’être mis de côté une fois l’évacuation de l’hôpital enclenchée. Le film bascule ainsi vers un « survival » où notre héros fait tout pour garder sa fille sous oxygène en enclenchant manuellement la batterie du respirateur.
Ce qui est vraiment dommage car le film possédait une certaine originalité et un sujet touchant. De même que cette relation père-fille à travers cette couveuse apportait une réflexion inédite sur la succession, l’envie de faire connaître son passé avec son épouse défunte, la continuité de la vie en se tournant vers le futur…

”Hours aurait gagner en force sur un court”

Ensuite cette attaque des assaillants dans le dernier tiers vient tout gâcher. On perd cette authenticité et même si leur action entraînait un changement ce n’est qu’un procédé cliché pour faire évoluer l’histoire. Bien dommage d’avoir choisi cette facilité. On se trouvera heureusement un peu de douceur et de légèreté à travers les quelques flashbacks avec Genesis Rodriguez qui illumine l’écran par sa beauté. Une belle idée qui permet de sortir de ce climat de survie tout en apportant une certaine tristesse. Les plans sont beaux mais on sait que ce bonheur n’est qu’éphémère ou fantasmé (dialogue mari/épouse très poignant sur le nouveau statut de père du héros).

Au final Hours, sur une temporisation de court métrage, aurait peut être gagné en efficacité. Son histoire s’adresse plus à un jeune père ou parent plutôt qu’à un fan de l’acteur. En tout cas on est curieux de voir son dernier Fast and furious qui sera lui, un adieu.

CASTING
Titre original : HOURS
Réalisation : Eric Heisserer
Scénario : Eric Heisserer
Acteurs principaux : Paul Walker, Genesis Rodriguez, Nancy Nave…
Pays d’origine : USA
Sortie : 13 DECEMBRE 2013 (USA)
Durée : 1h33mn
Distributeur : The Safran Company, PalmStar Entertainment
Synopsis :Alors que l’ouragan Katrina frappe la Nouvelle-Orléans, un jeune père doit lutter pour la survie de son bébé prématuré dans un hôpital déserté de tous… ou presque.
BANDE-ANNONCE

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

LE BLU-RAY

Sortie : 03 SEPTEMBRE 2014
Editeur : Pathé
Distributeur : Fox Pathé Europa
Nombre de disque(s) : 1
Format : BD-50
Boîtier : Blu-ray Disc
Bitrate : –
Authoring : –
Format vidéo : Image ratio 2.35 (16/9 natif)
Zone : B
Standard : –
Image : Couleurs
Audio : DTS-HD Français et anglais 5.1
Sous-titres : –
Sourds et malentendants : Français
Suppléments :
Making of (5’)

Un master soigné pour HOURS par contre c’est bien triste d’avoir seulement un Making Of. Dommage aussi qu’on ne trouve pas le moindre commentaire audio ou un véritable hommage à l’acteur. Après il n’avait pas pu assurer la promotion du film donc peut être il n’y a tout simplement aucun élément en plus de c’est 5 pauvres minutes.