Connue principalement pour son chef d’œuvre La Leçon de Piano ou le sulfureux In The Cut, la réalisatrice néo-zélandaise a basé la plupart de ses films d’après des romans. BRIGHT STAR déroge légèrement à la règle. Adapté de la vie du poète John Keats, le film retrace les trois dernières années de sa vie et sa relation naissante avec Fanny Brawne en s’inspirant de ses poèmes.

Autant le dire de suite, ce film fut pour moi une immense déception. Je suis pourtant un grand fan de la filmographie de , mais force est de constater que BRIGHT STAR m’a laissé de marbre, pire il m’a exaspéré. J’en avais eu des échos positifs, on me l’avait décrit comme une romance d’époque de très belle facture au niveau des classiques britanniques comme Orgueil et Préjugés ou Raison et Sentiments.

Le lyrisme romantique est ici bien présent mais il est tellement exacerbé qu’il fait perdre au film tout sa spontanéité et son naturel. Les dialogues sont maladroits, plats et participent peu à la construction psychologique des personnages. Mais là où le film de la néo-zélandaise pêche vraiment, c’est au niveau de son casting. Abbie Cornish (révélée dans Candy avec le regretté Heath Ledger) ne possède pas la grâce d’une Keira Knightley ou d’une Kate Winslet, et son équivalent masculin,  (plus connu pour être la voix de Paddington) ne colle pas du tout à l’image d’un jeune dandy britannique, il surjoue et donne l’impression de ne pas être à l’aise.

Photo du film BRIGHT STAR

© Warner Bros.

Jane Campion aurait pu sauver un peu l’affaire avec un scénario solide, mais l’histoire sombre vite dans la mièvrerie et la paresse. L’utilisation d’un tiers pour aborder l’œuvre, similaire à Amadeus, mais ici au lieu d’apporter une lumière nouvelle sur l’œuvre du poète britannique, La poésie de Keats n’est abordé que comme un outil permettant de séduire, en intellectualisant les émois des deux jeunes jeunes amoureux. Un échec sur toute la ligne, les vers du poète se révèle creux et ne communiquent aucune émotion. On est très loin de la passion qui imprégnait la Leçon de Piano, ou de la sensibilité déployée dans Un Ange à ma Table.

« Un film mineur de Jane Campion, clairement pas au niveau de ses sorties précédentes. »

Sur le plan esthétique, la réalisatrice fait admirer son sens de la composition d’une richesse visuelle incroyable. Les champs de fleurs sont d’une beauté sereine, et drape le film des attributs romantiques que Jane Campion. En plein communion avec la nature, Fanny n’apparaît jamais aussi épanouie et pleine d’espoir. La fin, malgré le destin tragique qu’elle réserve, laisse indifférente tant on éprouve peu de compassion pour les deux amants. Un film mineur de Jane Campion, clairement pas au niveau de ses sorties précédentes.

JANE CAMPION SUR LE BLOG DU CINÉMA
PORTRAIT DE LA RÉALISATRICE

Artiste et cinéaste marquante de ces dernières années, Jane Campion s’est illustrée en parcourant des thèmes singuliers et universels, personnels et communs à tous, originaux et intemporels. Nous profitons de la réédition de sa filmographie en vidéo pour dresser un portrait de la cinéaste à travers l’analyse de l’intégralité de son oeuvre.

jane-campion

CRITIQUES DE SES DIFFÉRENTS FILMS

Analyses des courts métrages, Peel, Passionless Moments, A Girl’s Own Story, After Hours et The Water Diary;

Critique des Longs métrages
– SWEETIE, 1989
 UN ANGE A MA TABLE, 1990
– LA LEÇON DE PIANO, 1993
PORTRAIT DE FEMME, 1996
– HOLY SMOKE, 1998
– IN THE CUT, 2003
– BRIGHT STAR, 2009

Critique de la série
TOP OF THE LAKE, 2013

INTÉGRALE JANE CAMPION: le contenu du coffret

http://video.fnac.com/a8932259/Coffret-Jane-Campion-12-films-Edition-speciale-Fnac-DVD-DVD-Zone-2ob_d32b08_3d-boxset-br

Contenu du coffret DVD 

Courts métrages :
– PEEL, 1982
– PASSIONLESS MOMENTS, 1983
 A GIRL’S OWN STORY, 1984
– AFTER HOURS, 1984
– THE WATER DIARY, 2006 (inédit, tous territoires)
– THE LADY BUG, 2007 (inédit, tous territoires)
Tissues (inédit, tous territoires)

Séries
– TOP OF THE LAKE, 2013

Longs métrages
– TWO FRIENDS, 1986 (TV)
– SWEETIE, 1989
 UN ANGE A MA TABLE, 1990
– LA LEÇON DE PIANO, 1993
PORTRAIT DE FEMME, 1996
– HOLY SMOKE, 1998
– IN THE CUT, 2003
– BRIGHT STAR, 2009

INFORMATIONS

Affiche du film BRIGHT STAR

• Titre original : 
• Réalisateur : Jane Campion
• Scénario : Jane Campion
• Acteurs principaux : Ben Wishaw, , ,
• Pays d’origine : États-Unis, Royaume-Uni et France
• Sortie : 6 novembre 2009
• Durée : 1h59 min
• Distributeur : Warner Bros
• Synopsis : Londres, 1818. Un jeune poète anglais de 23 ans, John Keats, et sa voisine Fanny Brawne entament une liaison amoureuse secrète. Pourtant, les premiers contacts entre les deux jeunes gens sont assez froids. John trouve que Fanny est une jeune fille élégante mais trop effrontée, et elle-même n’est pas du tout impressionnée par la littérature.
C’est la maladie du jeune frère de John qui va les rapprocher. Keats est touché par les efforts que déploie Fanny pour les aider, et il accepte de lui enseigner la poésie. Lorsque la mère de Fanny et le meilleur ami de Keats, Brown, réalisent l’attachement que se portent les deux jeunes gens, il est trop tard pour les arrêter. Emportés par l’intensité de leurs sentiments, les deux amoureux sont irrémédiablement liés et découvrent sensations et sentiments inconnus.

BANDE-ANNONCE