Affiche du film BURN AFTER READING

Osbourne Cox, analyste à la CIA, est convoqué à une réunion ultrasecrète au quartier général de l’Agence à Arlington, en Virginie. Malheureusement pour lui, il découvre rapidement l’objectif de cette réunion : il est renvoyé. Cox ne prend pas très bien la nouvelle. Il rentre chez lui à Georgetown pour écrire ses mémoires et noyer ses ennuis dans l’alcool – pas nécessairement dans cet ordre. Sa femme, Katie, est consternée, mais pas vraiment surprise. Elle a une liaison avec Harry Pfarrer, un marshal fédéral marié pour qui elle décide alors de quitter Cox.Quelque part dans une banlieue de Washington, à des années-lumière de là, Linda Litzke, employée au club de remise en forme Hardbodies Fitness, a du mal à se concentrer sur son travail. La seule chose qui l’intéresse, c’est l’opération de chirurgie esthétique d’ampleur qu’elle désire subir. Elle compte sur son collègue, Chad Feldheimer, pour faire son boulot à sa place. Linda est à peine consciente que le directeur de la salle de sport, Ted Treffon, est fou d’elle, même si elle rencontre d’autres hommes via Internet.Lorsqu’un CD contenant des informations destinées au livre de Cox tombe accidentellement entre les mains de Linda et Chad, tous deux décident de tirer parti de cette aubaine. Alors que Ted se fait du souci, persuadé que « rien de bon ne sortira de tout ça », les événements se précipitent et échappent bientôt à tout contrôle, occasionnant une série de rencontres aussi dangereuses qu’hilarantes…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 10 décembre 2008
Réalisé par ,
Film américain
Avec , , ,
Durée : 1h35min
Titre original :
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Après la frontière américano-mexicaine et le drame de No Country for Old Men sorti la même année, les frères Coen se posent près de Washington pour une comédie vaudevillesque avec un casting une fois de plus assez prestigieux : George Clooney et John Malkovich, échappés de pubs pour une marque de café, mais également Frances McDormand, qui a déjà côtoyé les réalisateurs dans , et enfin Brad Pitt, pour la première fois dans un film des frères Coen.

Totalement décousu et avec une histoire purement basée sur un quiproquo, Burn After Reading présente des personnages délicieusement idiots et dont les interprètes les jouent indiscutablement bien, donnant vie à la fois à leur caractère (l’obsession du personnage de Frances McDormand), à leurs tics (le jogging après la partie de jambes en l’air) et à leur façon de parler (on pourrait croire que les répliques de John Malkovich visaient à battre le record du nombre de “fuck” prononcés dans un long-métrage).

Photo (1) du film BURN AFTER READING

[pullquote]Toutefois, il ne s’agirait pas de bouder son plaisir pour autant car l’ensemble fait passer un bon moment et voir des acteurs comme Brad Pitt ou George Clooney faire preuve d’une telle auto-dérision en ce qui concerne leur image est forcément assez jouissif.[/pullquote] Bien sûr, l’humour façon frères Coen ne plaira pas à tout le monde car on n’est pas dans le même registre que certaines comédies bien grasses hollywoodiennes, mais si vous avez apprécié certains autres films du duo, comme O’Brother ou The Big Lebowski par exemple, il est probable que vous apprécierez celui-ci même s’il est en mon sens moins réussi que les deux autres métrages que je viens de citer. En effet, ce mélange de farce et d’humour noir est certes réussi mais l’idiotie des personnages que l’on suit donne un arrière-goût de “vide” une fois qu’arrive le générique de fin. La tranche de vie est amusante mais laisse un peu sur sa faim le spectateur.

Toutefois, il ne s’agirait pas de bouder son plaisir pour autant car l’ensemble fait passer un bon moment et voir des acteurs comme Brad Pitt ou George Clooney faire preuve d’une telle auto-dérision en ce qui concerne leur image est forcément assez jouissif. Il s’agit peut-être là d’un Coen un peu mineur mais aussi (et surtout) d’un vaudeville de très bonne facture.

Photo (2) du film BURN AFTER READING