Dans le cadre de la ressortie de Cinema Paradiso, nous effectuons une rétrospective sur la filmographie du réalisateur italien Giuseppe Tornatore.

Premier chef-d’œuvre de Giuseppe Tornatore, CINEMA PARADISO est le long-métrage qui a fait du cinéaste italien un réalisateur qui compte et à contribuer à populariser son style si particulier, mélange de romantisme doux et torturé et de regrets éternels face à un destin aussi injuste que malheureux.

Le film narre l’histoire d’un jeune garçon Toto. De son enfance dans un petit village sicilien au début des années 1950 jusqu’à sa vie d’adulte loin de son île d’origine, à Rome, Tornatore dresse le portrait d’un jeune garçon attachant. Passionné par le cinéma dès sa plus tendre enfance, il veut à tout prix découvrir cet univers qui le fascine et noue non sans difficulté une amitié avec Alfredo, le projectionniste du Cinema Paradiso.

L’intrigue se noue autour d’un personnage symbolique, l’âme du film, le Cinema Paradiso. À travers des projections éclectiques comme La Ruée vers l’Or, Les Aventures de Robin de Bois, Dr. Jekyll et Mr. Hyde ou encore La Vie est Belle, Giuseppe Tornatore laisse son film déambuler dans les méandres du cinéma et nous transporte dans des classiques intemporels, bercés par la musique toujours aussi grandiose d’Ennio Moriconne et les rires de tout un village réuni dans son lieu de prédilection.

© Titanus

© Titanus

Les acteurs sont à la fois justes et touchants. Philippe Noiret dans le rôle d’Alfredo, un vieux bougon aveugle au cœur d’ange, livre sans doute un de ses meilleurs rôles dans sa pourtant très riche filmographie (Le Vieux Fusil, Que la Fête Commence, Coup de Torchon parmi ses plus connus).

CINEMA PARADISO est un classique du cinéma italien des années 1980, au même titre que Le Bal de Ettore Scola et Et Vogue Le Navire… de Federico Fellini. »

La triplette d’acteur qui incarne Salvatore se complète parfaitement. Le jeune Salvatore Cascio respire l’enthousiasme et la filouterie enfantine, quand son alter-ego adolescent (Marco Leonardi) balance entre amour, espoir et déception avec brio. Mais celui qui remue le plus, c’est Jacques Perrin en interprète d’un Salvatore adulte désabusé, empli de nostalgie et hanté par son amour perdu pour Elena. Mention spéciale également à Agnese Nano qui joue le rôle d’Elena avec une grâce et un sentimentalisme attendrissant.

© Titanus

© Titanus

C’est dans ce second film que Giuseppe Tornatore développe son goût pour la comédie dramatique, qui deviendra sa véritable marque de fabrique. Son cinéma oscille constamment entre des scènes de joie intenses (l’idylle entre Salvatore et la belle Elena) opposés à d’autres d’une dureté impitoyable (l’incendie du cinéma). Ce chamboulement permanent des émotions se révèle d’une efficacité redoutable.

Il n’a aucun scrupule à faire évoluer le héros vers un destin infortuné. D’une enfance heureuse à un présent vide de sens, le gouffre est abyssal. Comme Alfredo répétera à un Salvatore inconsolable lors de son départ « Don’t come back. Don’t think about us. Don’t look back. Don’t write. Don’t give in to nostalgia. Forget us all. »¹

La fin, d’une grande tristesse, n’est pas une trahison, elle correspond juste aux aléas d’une vie, que CINEMA PARADISO s’attache à raconter avec candeur et beauté, sans l’enjoliver. Cette fatalité malheureuse reviendra souvent, que ce soit dans The Best Offer ou Marchand de Rêves, mais jamais avec un sentiment de gâchis aussi cruel et bouleversant. CINEMA PARADISO est un classique du cinéma italien des années 1980 au même titre que Le Bal de Ettore Scola et Vogue le Navire… de Federico Fellini.

¹ »Ne reviens pas. Ne pense pas à nous, Ne regarde pas en arrière. Ne nous écris pas. Ne tombe pas dans la nostalgie. Oublie nous tous. »

Les autres sorties du 10 juin 2015

JURASSIC WORLDUN FRANÇAISCOMME UN AVIONCINEMA PARADISO (ressortie), UNE ÉQUIPE DE RÊVE,  LE MONDE DE NATHANLE SOUFFLE, etc.

INFORMATIONS


paradiso

RÉTROSPECTIVE GIUSEPPE TORNATORE

• Titre original : Cinema Paradiso
• Réalisation : Giuseppe Tornatore
• Scénario : Giuseppe Tornatore
• Acteurs principaux : Philippe Noiret, Salvatore Cascio, Marco Leonardi, Jacques Perrin
• Pays d’origine : Italie
• Sortie : 17 novembre 1988
• Durée : 2h35 min
• Distributeur : Titanus
• Synopsis : Alfredo vient de mourir. Pour Salvatore, cinéaste en vogue, c’est tout un pan de son passé qui s’écroule. On l’appelait Toto a l’époque. Il partageait son temps libre entre l’office où il était enfant de chœur et la salle de cinéma paroissiale, en particulier la cabine de projection où régnait Alfredo…


BANDE-ANNONCE

[critique] CINEMA PARADISO

0