La famille Rizzo habite une petite ville des environs de New York, à la fois pittoresque et endormie. Mais les Rizzo ne correspondent pas à cette image idyllique et, comme dans toutes les familles ou presque, ils tentent de sauver les apparences en cachant leurs petits secrets. Jusqu’au jour où il leur faudra affronter la réalité…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]


Date de sortie : 20 janvier 2010
Date de sortie DVD : 1 juin 2010
Réalisé par Raymond de Felitta
Film américain
Avec Andy Garcia, Julianna Margulies, Steven Strait
Durée : 1h 40min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Annoncé comme le nouveau Little Miss Sunshine, City Island avait tout pour plaire sur le papier avec la mise en place d’une comédie dramatique gravitant autour des déboires d’une famille composée d’un père de famille gardien de prison qui se prend pour Marlon Brando, d’une mère colérique et autoritaire, d’une fille strip-teaseuse qui vit dans le mensonge, d’un fils qui aime voir des femmes obèses se nourrir et d’un second fils ex-taulard. Quel beau tableau me direz-vous et quel bel horizon se dessinant devant nous ! Malheureusement, le final n’est pas à la hauteur de nos espérances…

Loin d’être mauvais, City Island a le principal défaut d’être extrêmement long à se mettre en place, non pas au niveau de l’intrigue qui commence après une petite introduction narrative relativement souriante mais au niveau du rythme qui peine à trouver une vitesse de croisière constante. Résultats des courses, de grosses disparités se font ressentir, notamment au niveau des comiques de dialogues ou de situations qui tombent une fois sur deux complètement à côté de l’effet désiré. Dommage car pendant une bonne moitié de film, l’on peut réellement se demander quelle folie nous a prise pour insérer le DVD dans notre lecteur. City Island était à deux doigts de connaître un zappage cruel et volontaire, un zappage durant lequel même un épisode de Joséphine Ange Gardien aurait réussit à combler notre ennui.

Et pourtant… Et pourtant… Cela aurait une grande folie que de mettre un terme à la projection de City Island. Passé la moitié du film, un charme vénéneux opère et ne nous quitte plus d’un pouce. Un capital sympathie se dégage de la famille Rizzo et l’écriture devient plus fluide, mieux calibrée comme si deux scénaristes diamétralement opposés avaient été à l’œuvre sur le film. Les dialogues gagnent en profondeur et les légers sourires arrachés du début laissent place au rire. Les situations s’enchainent et se ressemble mais dans le bon sens du terme. Désormais, on ne boude pas notre plaisir de voir Andy Garcia plagier impunément Marlon Brando lors d’une audition ni de voir le jeune savant de la famille fantasmer devant ses deux muses obèses. Un délicieux programme voit le jour devant nos yeux et pour le coup la surprise est totale.

Au final, sans pour autant égaler le désormais culte Little Miss Sunshine, City Island est une petite réussite qui mérite que l’on s’attarde sur son cas. Rien de bien révolutionnaire à l’horizon mais ce breuvage a déjà fait ses preuves dans le passé et continue sur sa lancée encore aujourd’hui en offrant un divertissement aussi honorable qu’il est honnête.

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
411 web canada usa Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
411 web canada usa
Invité
411 web canada usa

Bon film realiser par Raymond de Felitta

[critique] City Island

1