Une pandémie dévastatrice explose à l’échelle du globe… Au Centre de Prévention et de Contrôle des Maladies, des équipes se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du mystérieux virus, qui ne cesse de muter. Le Sous-Directeur Cheever, confronté à un vent de panique collective, est obligé d’exposer la vie d’une jeune et courageuse doctoresse. Tandis que les grands groupes pharmaceutiques se livrent une bataille acharnée pour la mise au point d’un vaccin, le Dr. Leonora Orantes, de l’OMS, s’efforce de remonter aux sources du fléau. Les cas mortels se multiplient, jusqu’à mettre en péril les fondements de la société, et un blogueur militant suscite une panique aussi dangereuse que le virus en déclarant qu’on “cache la vérité” à la population…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 9 novembre 2011
Réalisé par Steven Soderbergh
Film émirati, américain
Avec Matt Damon, Kate Winslet, Marion Cotillard, Jude Law, Gwyneth Paltrow, Laurence Fishburne
Durée : 1h46min
Titre original : Contagion
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Steven Soderbergh nous avait laissé orphelin depuis 2009 et The Informant !. Un film “moyen” mais avec une réalisation suffisante pour sauver la mise (en scène) et récupérer la moyenne si on devait lui administrer une note. Contagion est une preuve supplémentaire que le réalisateur n’a pas changé d’un iota sa façon de tourner.
On pourrait penser au film Alerte ! de Wolfgang Petersen – distribué également par Warner Bros. – où réside la même trame : un virus mortel décime la population mondiale et l’on s’attaque à la découverte et à la fabrication d’un vaccin susceptible d’éradiquer la fâcheuse maladie. Là où ses deux films divergent, c’est dans la réaction des gouvernements et de l’armée – quasi inexistante dans Contagion – et la manière de faire face à cette maladie.
On suit donc plusieurs personnes, plusieurs vies, au fur et à mesure de la propagation du virus. La mise en scène est bien dosée, exceptée pour une personne : Marion Cotillard. Seule “frenchie” du casting, elle n’arrive désespérément pas à trouver sa place dans le tableau et elle peine à attirer l’attention dans la réalisation de Soderbergh.

Si l’on ajoute à ça un montage relativement désordonné, on obtient un film bon dans le fond mais un peu indigeste dans la forme. Il est dommage de tenir un script de base – somme toute très banal, écrit par Scott Z. Burns, déjà responsable de The Informant ! ou La Vengeance Dans la Peau – tenant la route mais quelque peu détruit par un arrangement de plans qui n’arrivent pas à s”imbriquer. Notons néanmoins – et principalement – une louable distribution, au service d’un réalisateur de films comme Traffic ou Ocean’s Eleven.[pullquote]Contagion n’est pas un mauvais film, mais il aurait gagné en étoiles avec un montage plus abouti, certaines longueurs scénaristiques en moins et un poil de noirceur en plus.[/pullquote]
Matt Damon, acteur omniprésent des métrages de Soderbergh, fait ici un bon film de plus. Mais on retiendra davantage les prestations de Jude Law en pseudo-journaliste, blogueur de son état et attirant “plus de 20 millions de visiteurs uniques” ou encore Laurence Fishburne en docteur perdant rapidement pied devant l’ampleur de la tâche.
Une bande originale, signée Cliff Martinez (Traffic, Solaris, Drive), nous fait plus facilement passer une pilule qui a parfois du mal à passer.
Contagion n’est pas un mauvais film, mais il aurait gagné en étoiles avec un montage plus abouti de la part de Stephen Mirrione (Les Marches du Pouvoir, Biutiful, The Informant !), certaines longueurs scénaristiques en moins et un poil de noirceur en plus. N’oubliez pas de bien vous laver les mains une fois rentré chez vous !

Print Friendly, PDF & Email

8
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
7 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
tedsifflera3foiBrice Nagualflooxtheseus blackYannick Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
wilyrah
Invité

Efficace et bien mené.

saigon
Invité
saigon

Aucun intérêt. Soderbergh déroule en mode croisière, un scénar plus que faiblard à force de vouloir documenter toutes les facettes d’un évènement, aucun affect pour les personnages trop nombreux et bâclés, pas de discours puisque pas de choix d’une ligne directrice (ou alors celle très convenue du pouvoir, et là, chez soderbergh, c’est carrément un revirement).
Et pire du pire pour un film catastrophe : ça ne fait même pas peur!

Bref, ça sent l’envie de cachetonner pour sa boite de prod’. Et c’est mal joué parce que personne n’aura envie de voir ce film du dimanche soir raté.

theseus black
Invité
theseus black

Là je suis totalement d’accord avec Yannick, le sujet a l’air bien et sérieusement traité, on a envie d’aller voir le film.

D’autant plus que ce genre de thème (même si l’oeuvre en question a été haineusement “détruit” par une certaine critique) est plutôt rare et intéressant: peut-être pas populaire [et alors??]; une série B sans doute, mais de la pure anticipation et l’ensemble a l’air d’une bonne fiction. Soderbergh: c’est soit nul soit tout bon de toute façon. ;) A voir au plus vite !!

floox
Invité
floox

CONSPIRATION, le détail qui tue

Ce film m’a ennuyé et ressemble à un super tract de propagande pour l’OMS quand on sait un peu comment a été gérée la dernière pseudo-pandémie.
Je ne pouvais pas croire que ce soit une version aussi “pensée unique” dans un film d’un auteur comme Soderbergh.
J’ai finalement trouvé le détail qui tue le propos apparent du film, et confirme la thèse du blogueur.
La société internationale AIMM alderson est une firme pharmaceutique. Elle existe d’ailleurs réellement et produit des antibiotiques. On voit à plusieurs reprise ce nom dans le film. Or, on trouve aussi, très curieusement ce nom sur le bulldozer à la fin le “1er jour” qui détruit les arbres et déloge des chauve souris infectées. Le film suggère donc nettement que le virus aurait pu être crée par cette société et répandu à la population, sinon le bulldozer n’aurait pas eu ce panneau et serait anonyme. On a donc un film qui joue un double jeu, critique envers le blogueur conspirationiste et en même temps accréditant discrètement la thèse d’une genèse virale de type complotiste.
Qu’en dites-vous ?

[critique] Contagion

8