le pitch : deux loosers s’improvisent flics et donnent ainsi, une nouvelle « direction » à leur vie, à base de quiproquos et d’utilisation de la loi à des fins discutables…

Difficile de ne pas pointer du doigt tous les défauts de COPS – Les Forces du désordre.
Le plus notable est évidemment l’avalanche de clichés sur lequel le film fonctionne. Tant scénaristiquement, avec son intrigue alignant les situations prévisibles, que dans la galerie de personnages, tellement déjà-vue que cela participe même à l’effet comique.

Dans l’ordre : les « bros », un noir, un blanc, chacun reprend un personnage déjà-vu-déjà-joué ;
est l’exacte réplique de Nick Miller (New Girl) ; Damon Wayans Jr reprend le personnage initié par tonton Shawn (notamment dans Scary Movie) Personnage-morale / gay refoulé / pussymagnet.
La fille est… La fille, quoi. Sympa le temps de deux scènes, bonne à tomber, utile une fois, puis c’est tout. Un excellent choix de seconde-carrière pour (Elena de Vampire Diaries).
Les méchants sont eux aussi des pastiches de méchants… D’Europe de l’est, évidemment. C’est actuellement la mode (John Wick, Equalizer, etc.) James D’Arcy (vu dans Cloud Atlas) cabotine donc un max en super-vilain-pervers, mais à le mérite d’être flippant. De même qu’Andy Garcia, en deux apparitions.
Les flics sont des clichés de flics, les programmateurs sont des clichés d’arrivistes arrogants. Tout, tout le temps, partout, manque d’originalité.

COPS - Les Forces du désordre (1)

Quant au scénario, pas de surprises. Johnson et Wayans forment un buddy movie dans le plus pur style Shane Black. Un noir, un blanc, l’un est rabat-joie, mais sort parfois de bonnes blagues, l’autre est tête brulée, forte gueule. Le récit est façonné autour d’eux comme chez Apatow (le film, bizarrement, semble reprendre l’idée amenée dans Supergrave, de deux bros complètements cons, parachutés flics). Le ciment de cette bromance est ainsi un scénario sans originalité ou les méchants sont forcément psychopathes et marchands d’armes, et se servent de la fille et des sentiments en général, pour amener les gentils à bosser ensemble et à s’aimer, avant de conclure dans un happy-end dégoulinant.

COPS – Les Forces du désordre (LET’S BE COPS en VO) à donc tout du film-formule tel qu’Hollywood les pond en temps de disette blockbusterienne.

« Une grosse avalanche de clichés et un humour en tous points déjà-vu… Mais un film, somme-toute, sympathique »

Mais voilà… Cette formule, malgré tout est efficace. Le rythme du film est tellement rodé qu’on ne peut absolument rien lui reprocher. L’empathie envers notre buddy-movie est créée dès les cinq premières minutes, présentant leurs caractères et la cause de leur loositude, avec une efficience assez impressionnante. Idem pour leur « prise de fonctions », l’introduction des péripéties, des enjeux, les prises de responsabilité, et enfin la partie-action. 1h45 d’efficacité, sans temps mort aucun.
Le duo principal propose une plutôt bonne alchimie qui s’essoufle légèrement par moments… C’est aussi précisément à ces moments que ces deux là commence à se mettre des gifles, un vecteur d’humour certain.
L’humour, d’ailleurs est une composition de plusieurs choses. « Emprunts » plus que références : du Borat, du Supergrave, du Comment tuer son boss, du Zohan, du Key sans Peele , du Farrelly, du The Other Guys, du Phil Lord/Chris Miller, etc.
Un super-mix qui possède deux avantages : fédérer, et assurer le rythme. plutôt réussi. L’humour est sans finesse, très visuel ou très vulgaire, mais fonctionne. Un bon fuck bien placé fera toujours marrer, de même qu’un rasta à l’accent latino, ou un gros qui court tout nu.
Puis l’idée d’opposer la simplicité d’idiots aux situations sérieuses amenées par le statut de policier est un prétexte à de nombreuses et excellentes situations. Clichées, mais fun.

Au final, COPS – Les Forces du désordre n’est qu’une grosse avalanche de clichés et un humour en tous points déjà-vu… Mais un film, somme-toute, sympathique.

INFORMATION

21 janvier 2015 Cops - Les Forces du désordre


Titre original : Let’s Be Cops
Réalisation : 
Scénario :  Luke Greenfield, 
Acteurs principaux : Jake Johnson, , ,Nina Dobrev, Andy Garcia
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 21 janvier 2015
Durée :  1h45min
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Synopsis : Lorsque deux amis se déguisent en policiers pour une soirée, ils deviennent rapidement la nouvelle sensation du quartier et prennent goût à leur nouveau pouvoir. Mais lorsque ces nouveaux « héros » se retrouvent mêlés à un véritable réseau de truands et de détectives corrompus, ils vont devoir mettre de côté leur fausse plaque et agir en « vrais » flics !

[/cbtab]