Dans le décor aseptisé des bureaux d’une puissante multinationale, deux femmes s’affrontent… La jeune Isabelle travaille sous les ordres de Christine, une femme de pouvoir qu’elle admire sans réserve. Convaincue de son ascendant sur sa protégée, Christine entraîne Isabelle dans un jeu trouble et pervers de séduction et de domination. Ce jeu dangereux va trop loin… jusqu’au point de non retour.

Note de l’Auteur

[rating:5/10]


Date de sortie : 18 août 2010
Réalisé par Alain Corneau
Film français
Avec Ludivine Sagnier, Kristin Scott Thomas, Patrick Mille
Durée : 1h44min
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

A la table des Aînés, Alain Corneau n’est pas le moins gourmand. Son appétit de cinéma est comparable à celui de Martin Scorsese et de Clint Eastwood, il est aussi plus communicatif que celui des jeunes vidéastes acquis aux sautes de caméras inutiles. Chez Corneau, culture du soin oblige, le récit se développe plan par plan sans être inféodé aux prouesses rapides et faciles d’un montage de clip. Il y a un risque du plan, un risque du dévoilement que n’entend pas le vidéaste hystérique. Pour Corneau, à coups sûr, le défi consiste à prendre le temps de nous intriguer.

A la tête d’une puissante société d’agro-alimentaire, Christine Rivière est l’archétype de la maîtresse-femme, gantée de velours mais féroce comme un tigre. Son plus proche vassal, la jeune et débonnaire Isabelle Guérin lui voue un culte à peine discret. Réglant ses moindre pas sur ceux de sa dirigeante, Isabelle ne tarde pas à gêner Christine et déclenche malgré elle un farouche jeu d’influence. L’issue de ce jeu malsain tourne à la surprise à mesure qu’Isabelle le disciple avance toutes griffes dehors avec de la suite dans les idées…

Crime D’Amour est un thriller épuré, presque silencieux qu’habille de temps en temps une fine musique japonisante tout à fait inattendue dans un film français. Le suspens est volontairement retiré de l’intrigue. La tension dramatique ne tient qu’à l’ambiance feutrée et au calme anti-naturel des situations. La recette fonctionne globalement même si la cadence générale pourrait varier un peu plus. Le risque d’endormissement n’est jamais loin mais Corneau parvient à sauvegarder notre intérêt par sa direction d’actrices. Kristin Scott Thomas, maîtresse-femme aux allures de Glenn Close, séduit avec la bonne foi d’une impératrice Ludivine Sagnier, Lolita mûrie et machiavélique qui veut sa place. Dans le face à face, l’expérience de l’une vaut l’étrangeté de l’autre. Dialogues, diction, intentions reflètent un sens de la justesse bienvenu. Cependant, l’épure à haute dose est moribonde. Un film captivant aurait du Jason Bourne et du Crime D’Amour en lui. Crime D’Amour seul manque encore de vibrations et peut-être même de l’hystérie de certains jeunes vidéastes, justement.

Print Friendly, PDF & Email

2
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
outsiderdasola Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
dasola
Invité

Bonjour, concernant ce film, il démarre bien. C’est dommage que l’on perde en route K S Thomas qui provoque un déséquilibre et on se moque un peu de ce qui se passe par la suite. Bonne journée.

outsider
Invité
outsider

l’image fait vraiment très léchée et clean: Pour un film qui parle de la haute-finance c’est un peu curieux !

[critique] Crime D’Amour

2