Dante 01, prison spatiale, dérive dans l’atmosphère suffocante de Dante, planète hostile, son seul horizon. À l’intérieur, six des plus dangereux criminels des mondes environnants servent de cobayes à d’obscures expériences.

Une résistance s’organise autour de César, psychopathe manipulateur. Mais son autorité se voit remise en cause par l’arrivée de St Georges, mystérieux détenu, possédé par une force secrète, qu’il apprendra à maîtriser pour faire face à l’hostilité de ses co-détenus, et les libérer de l’attraction maléfique de Dante.

Note de l’Auteur

[rating:2/10]

Date de sortie : 02 Janvier 2008
Réalisé par Marc Caro
Film Français
Avec , , Simona Maicanescu…
Durée : 1h 28min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Le nouveau film de Marc Caro, réalisateur des excellents mais controversés et , s’annonce plus psychédélique et étrange que jamais (tout ce qu’il y a de plus réjouissant pour des fans de la SF).

L’ histoire en elle-même est intéressante et l’ atmosphère bien que déjà vue est finement travaillée au regard de ces jeux de lumière enivrant qui sont autant de clins d’œil à , ou 2001 L’Odyssée De L’Espace du grand .

Le casting proche du fantasme avec (La Cité Des Enfants Perdus, ) et Gérald Laroche (, ) entre autre, finit de nous combler. Au premier abord, Dante 01 réunit tous les éléments propices à faire de lui un très bon divertissement (au passage, Lambert Wilson n’aura jamais été aussi convaincant que lorsqu’il ne parle pas).

Seulement voilà, c’était sans compter sur le travail acharné de Marc Caro pour plomber son film. Le réalisateur met laborieusement en scène son bébé : la caméra semble échapper à son contrôle et donne naissance à des scènes immondes donnant envie de vomir du regard aux spectateurs.

Le talent des acteurs est minablement exploité avec des personnages pathétiques (Lambert Wilson fait encore parler de lui avec ce rôle de messie inconcevable), dénués de crédibilité : on ne croit pas une seule seconde à cette histoire rocambolesque à la limite du risible.

Et que dire de cette voix off insoutenable, stridente qui agace plus qu’elle n’enchante avec un phrasé sans ton, sans âme et des phrases d’un ridicule accompli.

La fin pathétique a au moins le mérite de nous faire rire de bon cœur.

Dante 01 aurait pu s’arrêter au navet pur et simple, mais non. Le film se veut également moralisateur avec la remise en question de la condition des détenus, l’origine de la violence… Marc Caro n’a décidément rien compris et transforme son film déjà raté en un pensum consternant et affligeant.