Affiche du film DES HOMMES SANS LOI

En 1931, au cœur de l’Amérique en pleine Prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime Bertha… Howard, le cadet, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l’alcool qu’il ne sait pas refuser… Forrest, l’aîné, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu’impose un nouveau monde économique. Lorsque Maggie débarque fuyant Chicago, il la prend aussi sous sa protection. Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères écrivent leur légende : une lutte pour rester sur leur propre chemin, au cours de la première grande ruée vers l’or du crime.

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 12 septembre 2012
Réalisé par John Hillcoat
Film américain
Avec Shia LaBeouf, Tom Hardy, Gary Oldman, Guy Pearce, Jessica Chastain, Dane DeHaan, Jason Clarke
Durée : 1h55min
Titre original : Lawless
Bande-Annonce :

Le réalisateur australien John Hillcoat propose après La Route un film à la frontière entre le western et le film de gangsters. En effet, l’histoire se déroule durant la Prohibition, mais en se situant non pas dans une grande ville comme le Chicago d’Al Capone mais dans un comté reculé de Virginie, le mélange des genres se justifie. Ce film est l’adaptation du roman historique de Matt Bondurant « The Wettest County in the World » qui raconte sa propre histoire familiale, même si il confesse que celle-ci est quelque peu romancée par manque de documentation.

Les trois frères, principaux protagonistes de l’histoire, sont interprétés de manière remarquable par un Tom Hardy brillant dans son rôle de frère aîné taciturne et habité par ses principes, un Jason Clarke (que je ne connaissais pas) habité par son rôle de brute alcoolique et enfin un Shia LaBeouf moins insupportable qu’à l’accoutumée dans la peau du plus jeune frère trop ambitieux et pas assez mûr pour faire des affaires avec des gangsters. On regrettera simplement que l’histoire dans sa globalité se centre sans doute un peu trop sur les personnages de Forrest (Tom Hardy) et Jack Bondurant (Shia LaBeouf) tant le reste du casting est intéressant mais malheureusement beaucoup plus effacé à l’exception du « méchant » de service interprété par Guy Pearce. Gary Oldman et Jessica Chastain ont également de la présence malgré des scènes moins nombreuses par rapport aux frères Bondurant. Par ailleurs, le personnage de Cricket interprété par Dane DeHaan (découvert dans Chronicle) est sans doute le plus attachant du film et son interprète en est d’autant plus efficace dans sa discrétion.

Photo (1) du film DES HOMMES SANS LOI

Des Hommes Sans Loi sait poser son ambiance et son casting impressionne autant dans la film que sur l’affiche. Porté essentiellement par Tom Hardy, on assiste à un spectacle à la fois rude et contemplatif d’une guerre de gangsters pas tout à fait sortis de la période western, avec en son coeur une famille “immortelle”. Un film très plaisant, assurément.

La réalisation de John Hillcoat est un mélange étrange d’académisme et de choix de successions de plans un peu surprenant mais assez bien sentis, le tout dans des décors et des costumes visuellement impeccables. Néanmoins le réalisateur australien a fait le choix d’un film alternant un rythme lent, très “ambiance”, façon western, et des scènes ultra-violentes à la limite du gore : cette alternance fait un peu penser à la construction de Drive de Nicolas Winding Refn. Certains pourront trouver le film long, voire très long, mais si on est happé par cette saga familiale dès le début du film, on ne voit absolument pas le temps passer (et ça a été mon cas). D’ailleurs, l’humour n’est pas absent du film que ce soit dans l’exagération du côté rude du personnage de Tom Hardy, les façons ultra-maniérées de celui de Guy Pearce ou encore les maladresses des plus jeunes protagonistes : d’ailleurs la fin du film recèle une astuce plutôt amusante.

Des Hommes Sans Loi (Lawless en VO) sait poser son ambiance et son casting impressionne autant dans la film que sur l’affiche. Porté essentiellement par Tom Hardy (et dans une moindre mesure Shia LaBeouf), on assiste à un spectacle à la fois rude et contemplatif d’une guerre de gangsters pas tout à fait sortis de la période western, avec en son coeur une famille “immortelle”. Un film très plaisant, assurément.

Photo (2) du film DES HOMMES SANS LOI