Affiche du film DISTRICT 9

Il y a vingt-huit ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre…
Ces visiteurs d’au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le , en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire…
Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n’a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d’énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu’à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l’ADN extraterrestre.
La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp, en envoyant des agents de terrain s’occuper de leur transfert. L’un de ces agents, Wikus van der Merwe, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l’homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu’une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien.
Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu’un seul endroit où se cacher : le District 9…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 16 septembre 2009
Réalisé par
Film américain, néo-zélandais
Avec , David James (II),
Durée : 1h 50min
Bande-Annonce :

Sujet à un buzz colossal depuis plusieurs mois et supporté par un ici producteur, District 9 n’a pas fini de susciter moultes interrogations quant à son sujet et son intérêt. Car il faut bien reconnaître que quand un film réalisé par un jeune nouveau du métier (Neill Blomkamp) est autant sollicité par les médias et les réalisateurs confirmés, il s’agit dans sept cas sur dix d’une belle escroquerie.

Ce scepticisme grandissant va rapidement être mis de côté grâce à une réalisation nerveuse, nette et précise, agrémentée par une caméra à l’épaule qui concerne une bonne moitié du film et une morale certes pessimiste mais ultra réaliste sur l’Homme.

 

Photo (1) du film DISTRICT 9

Car District 9 n’est pas qu’un film de guerre simpliste et minimaliste entre humains et extraterrestres se dégommant à grand coup de fusils lasers et autres armes sophistiquées. Même si ces scènes sont impressionnantes de réussite et de réalisme grâce à des effets spéciaux déroutant pour la plupart, elles ne sont qu’un prétexte à une histoire au premier abord basique voire plate mais profonde si l’on creuse un peu : le film est une ode à la tolérance. Les aliens sont ici une métaphore des étrangers vivant dans un pays voisin ou lointain. Connaissant l’histoire de l’Afrique du Sud, avec ces conflits entre noirs et blancs, cette ode à la fraternité, à l’égalité des peuples prend tout son sens.

Neill Blomkamp a eu la brillante idée d’éviter un ultime biopic ou drame historique sur la bêtise et les atrocités dont l’Homme est capable et de délivrer aux spectateurs le même message à travers un divertissement d’une maîtrise inimaginable pour un réalisateur dont il ne s’agit que du premier long métrage.

 

Photo (2) du film DISTRICT 9

Un pur exercice de style dans lequel le réalisateur s’amuse à bousculer le spectateur, à le scotcher à son fauteuil, grâce à une parfaite maitrise du rythme, une caméra coup de poing et des effets spéciaux soignés au centimètre près.

Car District 9 est avant tout un pur exercice de style dans lequel le réalisateur s’amuse à bousculer le spectateur, à le scotcher à son fauteuil, grâce à une parfaite maitrise du rythme, une caméra coup de poing qui n’est pas s’en rappeler R.E.C ou (la caméra embarquée est décidemment la grande mode du moment !) et des effets spéciaux soignés au centimètre près. Ajoutons à cela, des interprétations très propres et un choix judicieux de ne pas engager de têtes d’affiches qui décrédibiliserait le film en termes de réalisme.

Sans révolutionner le genre, on peut néanmoins approuver que Neill Blomkamp lui redore honorablement le blason. Seuls certains éléments et autres enchainements scénaristiques, dont je ne pourrais vous parler sous peine de spoiler honteusement ce film, nous laissent sceptique quant au total aboutissement de ce dernier.

 

Photo (3) du film DISTRICT 9

Au final, sans mauvais jeu de mots, District 9 est un véritable ovni qui apporte une vague de fraîcheur non négligeable à un genre qui s’essouffle lentement mais surement et qui met en avant un réalisateur prometteur qui affirme en un seul essai un réel style, un univers unique qui ne nous laisse que présager le meilleur pour la suite.

Sachant qu’il était pressenti pour réaliser l’adaptation du jeu vidéo sur nos écrans mais qu’il a du abandonner faute de moyens, espérons que ce projet ré-atterrisse entre ses mains au plus vite.

17
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
15 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
15 Auteurs du commentaire
LemiwinksSaulaisle mouton sauvagegilRudy Weidler Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
Val'
Invité

Je veux absolument voir ce film ! :D

J
Invité
J

Me suis arrêté au tiers de la critique. Vous nous révélez après une intense réflexion que le film vous semble une allégorie contre l’intolérance. Des réfugiés extraterrestres foutus dans un ghetto sud-africain….Sans blague!
Mais c’était le climax de votre réflexion, tant vos adjectifs et vos paradoxes involontaires vous rendent pas bien lisables quand on recherche un truc de qualité, censément avalisé par une « rédaction ».
Suis un peu cruel, mais ce papier m’a mis en rogne, et du coup le site que je découvre. Désolé.

Yannick
Invité

Je ne comprends pas à vrai dire où réside ton problème dans cette critique, J. Une allégorie contre l’intolérance ? Tu arrives à lire entre les lignes, dis moi ^__^
J’aimerais volontiers que tu nous mettes dans le droit chemin en nous citant ces adjectifs et ces paradoxes involontaires ;-)
Et on dit lisibles, pas lisables.

Bienvenue ici tout de même ! En espérant que tu découvres d’autres articles à ton goût !

Caroline
Invité

J’en vois qu’un qui n’est pas du tout « lisable » ici …

benegail
Invité
benegail

je suis allée voir le film cet après midi, et oui l’article que vous avez écrit retranscrit parfaitement ce que j’ai ressenti. Par contre, juste bémole pour moi, j’étais accompagnée d’enfants et ma foi les deux filles de 10 aans ont été vraiment effrayées. Il aurait fallu je pense un interdit – 12 ans pour des scènes tout de meme assez violente. Très bon film à mon sens

KLM23
Invité

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas vécu un expèrience de cette sorte, au cinéma.

Tout ce qui a été dit précédemment est parfaitement juste. Mais je pense aussi que le film traite de la solitude et de la mise à l’écart, dû à la pression sociale. On peut faire un rapprochement avec le cinéma de Cronenberg (sa pèriode 80’s), et cette idée que l’individu est exclu de la société à cause de la transformation de son corps. Chez Cronemberg, comme chez Blomkamp, l’homme est « trahit » par sa chair, ce qui l’amène a s’ostrasiser, et par extension, a s’aliéner. Et je ne parle même pas du parallèle avec Kafka, qui saute aux yeux.

Non, vraiment, excellent film.