Lorsqu’Ingrid Bergman se lance dans QUAND LA CHAIR EST FAIBLE, elle a déjà un pied aux Etats-Unis après avoir repris son rôle d’Anita Hoffman dans le remake américain d’Intermezzo (1939) réalisé par Gregory Ratoff. En attendant la sortie en salle de celui-ci, et ne sachant pas si l’Amérique la rappellera, l’actrice ne prend pas à la légère ce qui sera son dernier film suédois, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, et offre une interprétation intéligente et tout en subtilité.

Réalisé par Per Lindberg, QUAND LA CHAIR EST FAIBLE met en scène Kerstin Nordbäck (Ingrid Bergman) blessée grièvement au cœur par son amant qui dans un élan de jalousie et d’énervement lui tire dessus. Au court du procès du jeune homme, Kerstin voit sa vie et son penchant pour les hommes dévoilés dans la presse. Elle est obligée de partir pour Stockholm sous un nouveau nom pour débuter une nouvelle vie.

Photo du film QUAND LA CHAIR EST FAIBLE

Le plus surprenant dans QUAND LA CHAIR EST FAIBLE vient de son sujet et sa manière de traiter des mœurs. On se souvient que dans les œuvres précédentes auxquelles participa Ingrid Bergman, du Conte du pont au moine à Une Seule nuit, en passant dans une certaine mesure par Un Visage de femme ou encore Dollar, les relations hommes / femmes sont traitées avec une certaine légèreté. Où il est possible de batifoler sans être marié, sans pour autant être honteux et mal considéré par la société. QUAND LA CHAIR EST FAIBLE se montre à l’opposé de cela. D’une part avec Kerstin qui, de part ses supposées nombreuses conquêtes, représente pour les mauvaises langues une femme facile en provenance de « la ville du vice ». D’autre part, avec les membres de sa nouvelle collocation. Trois femmes également dans des relations particulières ; l’infirmière et le beau médecin Stefan ou encore la standardiste d’un journal avec l’un des rédacteurs. Le premier couple obligé de se faire passer pour un couple marié durant ses sorties, le deuxième montre l’envie du rédacteur d’aller plus loin avec la standardiste et le refus constant de celle-ci de le laisser passer la nuit chez elle. S’effarant même de ce qu’elle aurait pu faire si elle avait vécue seule. Le titre du film devient alors équivoque. Comme s’il fallait résister au désir du corps.

”La force de QUAND LA CHAIR EST FAIBLE vient de la capacité de Per Lindberg à capter les regards les plus éloquents et à filmer comme il se doit chacun de ses acteurs.”

Ainsi, au-delà de son histoire forte, portée par la symbolique du cœur blessé de Kerstin, QUAND LA CHAIR EST FAIBLE semble marqué par les mentalités de l’époque. Cependant avec son discours évoluant au fil du film – notamment par son final -, le film fait volte face et finalement gage de modernité en approuvant les rapports hors mariage, mais toujours dans le plus grand secret.
La force de QUAND LA CHAIR EST FAIBLE, drame plutôt réussi et efficace dans son ensemble, vient alors de la capacité de Per Lindberg à capter les regards les plus éloquents et à filmer comme il se doit chacun de ses acteurs. A cela on retient Ingrid Bergman qui se montre d’une grande sérénité dans son jeu. Regardant dans le vide, le sourire délicat et jamais exagéré, elle interprète à la perfection cette femme qui n’ose plus aimer, marquée physiquement par les conséquences de ses actes. Elle encaisse, laisse ceux qui l’entoure agir et s’affoler, préférant jouer de calme et avec délicatesse. Elle est l’élément évident qui amène le film dans une plus grande dimension et certainement la raison de son succès honnête à sa sortie en Suède. Peut-être l’un des films dans lequel l’actrice submerge le plus l’image de sa beauté naturelle, de sa grâce et de son aura.

Suivre @PSiclier

INFORMATIONS

Photo du film QUAND LA CHAIR EST FAIBLE

Titre original : Juninatten
Réalisation : Per Lindberg
Scénario : Gösta Stevens, Stina Bergman, Rgnhild Prim
Acteurs principaux : Ingrid Bergman, Marianne Löfgren, Lill-Tollie Zellman, Olof Widgren
Pays d’origine : Suède
Sortie : 1940 – sortie DVD 4 novembre 2015
Durée : 1h26
Editeur : M6 Vidéo
Synopsis : Suite à d’importants problèmes, Kerstin Nordbäck se voit obligée de changer de vie. Prenant un autre nom, elle emménage à Stockholm où elle trouve un travail et tente d’oublier son passé. Mais son ancienne vie la rattrape rapidement…
Nombre de disque(s) : 1 (en coffret 9 DVD)
Format image : 1.37 – compatible 16/9 – DVD 5 – PAL
Couleur : noir et blanc remasterisé
Format son : Version originale 2.0
Sous-titres : Français
Compléments :

BANDE-ANNONCE

[CRITIQUE DVD] QUAND LA CHAIR EST FAIBLE (1940)

0