Pour son premier rôle au cinéma, Ingrid Bergman n’est évidemment pas encore au premier plan. Dans LE CONTE DU PONT DU MOINE (Munkbrogreven, 1935 d’Edvin Adolphson et Sigurd Wallén), Ingrid Bergman est un nom parmi d’autres qui apparaît en sixième position au générique. Pourtant tout est là pour qu’elle soit mise en valeur, ou du moins pour qu’elle ne passe pas inaperçue. Entourée d’une poignée d’acteurs masculins, elle est, à l’exception de la poissonnière, l’unique personnage féminin du film. Le visage encore un peu rond de la jeunesse, le dos légèrement courbé – elle restera longtemps complexée par sa taille imposante -, elle n’en est pas moins déjà solaire. Elle occupe ici un second rôle (Elsa) suffisamment présent pour pouvoir lui donner une certaine consistance.

Tout se passe dans les rues du vieux Stockholm où petits larcins et trafics d’alcool vont bon train, tandis que l’inspecteur de police Göransson peine à prendre les responsables la main dans le sac. Alors qu’un important vol de bijoux est signalé, Ake (Edvin Adolphson), un jeune étranger mystérieux s’installe à l’hôtel de la ville. Bien qu’il se lie rapidement d’amitié avec les pensionnaires de l’établissement, dont la belle Elsa, tout le monde s’interroge sur son comportement suspect et commence à le soupçonner d’être Lars le Diamantaire, le fameux voleur de bijoux.

le conte-du pont au moinde 2

En 1935, lorsque LE CONTE DU PONT DU MOINE est réalisé, la Suède connaît une importante crise financière (qui se répétera dans les années 1990) et n’est pas encore le pays faste de l’après-guerre. On retrouve dans le film ce sentiment de pauvreté générale, où les hommes, malgré leur travail (Cornichon dans la poissonnerie, Le Comte dans un journal, La Brosse comme gardien à l’hôtel) doivent réaliser des trocs pour s’habiller. Ce qui ne les empêche pas de garder le sourire face à leur quotidien. Un sourire qui vient aussi aux spectateurs du film. Avec ses situations burlesques et ses personnages attachants, à leur manière, LE CONTE DU PONT DU MOINE se présente comme une agréable comédie aux rebondissements sympathiques.

« Avec LE CONTE DU PONT DU MOINE, Ingrid Bergman, dans sa complicité avec Edvin Adolphson, révèle déjà une faculté à former de jolis duos. »

Évidement aujourd’hui il est difficile d’être transporté par la réalisation relativement simple du film, mais on accueille avec plaisir cette manière d’aller à l’essentiel. Preuve en est avec l’absence totale de musique le long du film. Légèrement perturbant certes, tant le cinéma a désormais tendance à surligner à l’excès l’image par un envahissement musical. Il n’empêche que le film s’en retrouve ainsi davantage imprégné par l’ambiance des rues et de la ville, dans lesquelles il fut tourné. Il reste alors du CONTE DU PONT DU MOINE un film souriant dans lequel Ingrid Bergman, dans sa complicité avec Edvin Adolphson, révèle déjà une faculté à former de jolis duos.

Suivre @PSiclier

INFORMATIONS

le conte du pont au moine

Titre original : Munkbrogreven
Réalisation : Edvin Adolphson , Sigurd Wallén
Scénario : Arthur Natorp, Siegfried Fischer
Acteurs principaux : Valdermar Dahlquist, Sigurd Wallén, Edvin Adolphson, Ingrid Bergman
Pays d’origine : Suède
Sortie : 1935 – sortie DVD 4 novembre 2015
Durée : 1h26
Editeur : M6 Vidéo
Synopsis : Dans l’une des rues de la vieille ville de Stockholm se trouve l’hôtel City. Il est habité par des personnages mystérieux. L’inspecteur de police Göransson est à la poursuite d’un voleur de bijoux.
Nombre de disque(s) : 1 (en coffret 9 DVD)
Format image : 1.37 – compatible 16/9 – DVD 5 – PAL
Couleur : noir et blanc remasterisé
Format son : Version originale 2.0
Sous-titres : Français
Compléments :