Nancy, Kris, Quentin, Jesse et Dean habitent Elm Street, au coeur d’une banlieue résidentielle semblable à des milliers d’autres – paisible, proprette et sans histoire… Mais depuis quelques temps, ces cinq jeunes sont hantés chaque nuit par le même cauchemar oppressant : un homme à la voix caverneuse surgit des ténèbres. Vêtu d’un t-shirt rouge et vert lacéré, il dissimule sous un vieux chapeau son visage atrocement brûlé et défiguré. Sa main droite, gantée, est munie de quatre longues griffes d’acier plus tranchantes que des lames de rasoir…

Note de l’Auteur

[rating:2/10]


Date de sortie : 12 mai 2010
Réalisé par Samuel Bayer
Film américain
Avec Jackie Earle Haley, Kyle Gallner, Rooney Mara
Durée : 1h 35min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Quand on regarde un remake d’un film aussi culte que Freddy- Les Griffes De La Nuit, on n’attend qu’une seule chose c’est que le réalisateur se dépatouille pour incorporer sa touche personnelle tout en prenant soin de ne pas blasphémer l’œuvre originale. En ce sens, seuls Alexandre Ajas et Zack Snyder ont réussit ce pari osé avec respectivement La Colline A des Yeux et L’Armée Des Morts. Les deux réalisateurs ont pris assez de recul pour nous en mettre plein les mirettes en se payant même le luxe de nous faire oublier les originaux.

Avec ce remake c’est tout le contraire qui se produit puisque Samuel Bayer s’est contenté de superposer les scènes de l’original avec un jemenfoutisme à toute épreuve. Il nous balance à la figure un travail fade et sans saveur qui fait immédiatement penser qu’il s’agissait d’une commande imposée et que le monsieur a voulut se débarrasser très vite du pétard mouillé ne prenant même pas la peine d’essayer de faire plaisir aux spectateurs ou au moins de faire semblant d’avoir travaillé un minimum. Mais le pire reste à venir…

Comme son nom l’indique, ce film d’épouvante-horreur nous conte l’histoire de Freddy Krueger, un être sanguinaire qui hante les rêves de ses victimes, s’amuse un peu avec et finit par les tuer de la plus sadique des façons. Ici réside le véritable atout charme de la franchise, atout qui a fait ses preuves par le passé comme en témoigne la horde de fans qui n’a jamais cessé de croître du Boogeyman. Seulement voilà, travail de sabotage ou non, ce Freddy nouvelle génération ne nous fait en aucun cas frémir, bien au contraire. Le maquillage est dégueulasse, les répliques pathétiques au possible et ce qui semblait un choix judicieux de prendre un acteur comme Jackie Earle Haley pour nous faire oublier le charismatique Robert Englund est un désastre. L’impression que l’acteur qui ne cesse de monter depuis Little Children et Watchmen cachetonne et si tenace qu’on se demande comment il a pu dire oui pour ce rôle s’il n’avait pas envie de le faire. Des problèmes d’impôts ? Sûrement.

A cela s’ajoute une mise en scène hilarante qui ne surprend pas plus de trois secondes, des seconds rôles d’une petitesse inimaginable au premier abord et une atmosphère digne d’une série B des années 30 ou d’un film d’Ed Wood en plus mauvais (c’est dire !). Mélangez tout ça avec énergie et vous obtenez le vomitif le plus efficace depuis bien longtemps. En fait le problème vient des promoteurs, le film n’est pas interdit au moins de 12 ans mais au plus de 12 ans. Là est tout le problème. Terrible erreur. Et dire que certains découvriront peut-être ce mythe à travers ce déchet qui n’a sa place qu’au fin fond de la benne à ordure. Les pauvres ne s’en remettront sûrement pas. Nous non plus d’ailleurs.