Hanna, 16 ans, n’est pas une adolescente comme les autres. Élevée loin de tout par son père, Erik, ex-agent de la CIA, elle n’ignore aucune des techniques de combat ou de survie qui font les plus redoutables soldats. Erik lui a enseigné tout ce qu’elle sait à partir d’une encyclopédie et d’un recueil de contes de fées. Formée depuis son plus jeune âge, Hanna est une combattante parfaite.
Séparée d’Erik, Hanna découvre le monde extérieur pour la première fois et se lance dans la mission que sa famille doit achever. Elle est prête. Pourtant, avant de pouvoir retrouver son père à Berlin comme prévu, elle est capturée par les hommes de l’agent Marissa Wiegler, une femme que bien des secrets relient à Hanna et Erik.
Détenue quelque part dans une base souterraine, Hanna parvient à s’échapper. S’adaptant à un environnement inconnu, la jeune fille doit survivre. Alors que Marissa la pourchasse, de plus en plus proche, Hanna doit faire face à de stupéfiantes révélations qui vont bien au-delà de sa propre identité…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 6 juillet 2011
Réalisé par Joe Wright
Film britannique, allemand, américain
Avec Saoirse Ronan, Eric Bana, Vicky Krieps, Cate Blanchett
Durée : 01h57min
Titre original : Hanna
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Voguant sur la mode de ces enfants tueurs instaurée il ya bien des années par un certain Luc Besson avec Léon et remis au goût du jour avec l’excentrique Kick-Ass, Hanna est une sorte d’ovni dans lequel les dangers de l’éducation parentale sont mis en exergues avec pour toile de fond un thriller politique se dévoilant au compte-goutte.

Savoir qu’un réalisateur comme Joe Wright est aux commandes d’un film du gabarit d’Hanna avait de quoi inquiéter. Présenté comme un film noir composé de scènes dures voire crues, comment quelqu’un comme lui, habitué aux drames intimistes entre deux personnes, allait-il faire pour effacer cette image dans l’esprit des spectateurs et surtout allait-il réussir à nous faire vibrer comme il avait réussi à le faire avec un film comme Le Soliste ? Et bien dès les premières minutes, le réalisateur parvient à nous faire tirer un trait sur sa filmographie pour nous présenter un film orchestré d’une main de maître.

Malgré quelques fautes pendant le parcours, Hanna reste un très bel exercice de style, dynamique et électrisant, nous embarquant dans une chasse à l’Homme à travers plusieurs pays. Hanna est une fillette élevée seule par son père en plein milieu de la forêt. Son éducation a été orchestrée du début à la fin par cet homme rongé par la haine, haine qu’il s’évertue à transmettre à sa fille. Cours de langue, de géographie mais surtout d’auto-défense, Hanna se doit d’être un caméléon hors pair pour remplir une mission : tuer Marissa la “sorcière” pour de sombres et mystérieuses raisons. Bien qu’un pu convenu, le scénario d’Hanna prend le temps de s’installer et se dévoile au compte-goutte pour se dévoiler entièrement dans un dernier quart d’heure électrisant à la fois dur et métaphorique avec ce parallèle instauré dès le départ avec les contes de frères Grimm.

Car Hanna est avant tout un conte sur un idéal de vie, un idéal de pensée d’une fillette qui découvrira la vie telle qu’elle est réellement au cours de sa traque. Désillusions, découvertes et rencontres humaines viendront pimenter le voyage “philosophique” de cette fillette n’ayant connu que la parole de son père.[pullquote]Saoirse Ronan est peut-être la seule preuve que la nouvelle génération d’acteurs est encore capable de faire de grandes choses.[/pullquote]

Pour rendre forte cette histoire humaine à échelle internationale, Joe Wright se devait de taper fort avec des acteurs reconnaissables – mais pas trop – et dotés d’une crédibilité sans faille. Le moins que l’on puisse dire c’est que, bien que ses choix soient quelque peu culotés, le casting d’Hanna est des plus convaincants. Eric Bana (très bon acteur quand il ne joue pas dans des soupes populaires) est parfait dans le rôle de ce père rongé par la haine, Cate Blanchett est magnétique au possible mais c’est avant tout la jeune Saoirse Ronan qui parvient à nous éblouir. Froide et glaciale à l’image de l’environnement dans lequel elle a été élevé, elle est la tueuse parfaite, celle qui nous attendrira avec son visage d’ange avant de nous briser la nuque avec ses petites mains douces et délicates. Après un rôle émouvant dans le Lovely Bones de Peter Jackson, Saoirse Ronan est peut-être la seule preuve que la nouvelle génération d’acteurs est encore capable de faire de grandes choses.

Antithèse du décevant Colombiana avec lequel il possède de nombreuses ressemblances, Hanna est un film d’un charme inébranlable, chirurgical et implacable à l’image de ses scènes d’action d’un réalisme très cru saupoudrée d’une bande originale magnétique signée par les Chemical Brothers. Joe Wright a réussi de la plus belle des manières ce virage à 180°.

2
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Valmens Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Valmens
Invité

Très bon film en effet, de loin le film d’action le plus efficace et le plus surprenant de l’année. Je me permet juste d’ajouter que si la BO des Chemical Brother se marie à merveille avec le film (et lui confère un dynamisme violent et féérique assez surprenant)elle se savoure également très bien seule, dépouillée des images (ce qui est l’apanage des grandes BO).

[critique] Hanna

2