Affiche du film Hugo Cabret

Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé – en forme de cœur – qui pourrait le faire fonctionner. En rencontrant Isabelle, il a peut-être trouvé la clé, mais ce n’est que le début de l’aventure…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 14 décembre 2011
Réalisé par Martin Scorsese
Film américain
Avec Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen, Asa Butterfield, Christopher Lee, Jude Law
Durée : 2h08min
Titre original : Hugo
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Adapté du livre “L’Invention de Hugo Cabret” de Brian Selznick paru en 2007, Hugo Cabret est le premier film pour enfants de Martin Scorsese, plutôt connu pour des films beaucoup plus sombres (Taxi Driver, Gangs of New York, Shutter Island…), mais également son premier film en 3D. Pour tout dire, je suis rentré dans la salle de cinéma à la suite d’un petit malentendu : je n’avais cherché aucune autre information sur ce film que la bande-annonce que j’ai pu voir en salles. Je m’attendais à un film à mi-chemin entre un conte de Noël (vu sa date de sortie) et un film d’aventure pour enfants (entre Harry Potter et Narnia) : j’étais assez à côté de la plaque.

En effet, si Hugo Cabret a tout du film pour enfants avec son Paris et sa gare féérique et imaginaire, sa trame relativement simple et morale et avec un personnage principal éponyme interprété par un enfant, ce métrage de Scorsese est plutôt un vibrant et original hommage aux débuts du cinéma et notamment à Georges Méliès, premier créateur cinématographique français et père des effets spéciaux, interprété ici par un brillant Ben Kingsley. D’ailleurs malgré une réécriture poétique de son histoire, les principaux points de sa vie sont bien respectés, notamment sa faillite personnelle et sa reconversion passagère en vendeur à la Gare Montparnasse.

Photo (1) du film Hugo Cabret

Le film est doté d’un casting assez prestigieux, composé, en plus de Ben Kingsley, de Christopher Lee, de Jude Law ainsi que d’un Sacha Baron Cohen improbable pour tous ceux qui ont pu voir son Borat par exemple. Les 2 enfants ne jouent pas mal également même si certaines scènes ou mimiques sont parfois clairement exagérées. Comme je l’ai dit plus haut, le scénario n’est en soi pas très original si l’on met de côté l’excellent hommage dont ce film est l’outil et pourra décevoir ceux qui n’ont jamais entendu parler de Méliès. En revanche, pour son premier film en 3D, Martin Scorsese utilise à merveille la technique qu’il a à sa disposition et on est satisfait de voir qu’entre de bonnes mains la 3D peut rendre justice à une oeuvre cinématographique. Mêlé à la photographie et aux décors assez “irréels” qui servent de cadre à son histoire, le réalisateur nous plonge dans une ambiance qui fait parfois penser à un film comme Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain. [pullquote]Hugo Cabret est un beau film, un joli conte pour petits cinéphiles.[/pullquote]

Toutefois, si ce film de Scorsese est en soi une réussite technique et un hommage très honorable aux pionniers du cinéma d’antan, il n’est pas exempt de défauts : en effet, outre son scénario un peu simple, on pourra également reprocher au film des moments “calmes” un peu pesants et par conséquent des longueurs certaines. Par conséquent, je préconiserai plutôt ce film aux amoureux de cinéma plutôt qu’aux personnes en recherche d’un film purement familial qui seraient sans doute déçus de la “forme”. Mais en soi, Hugo Cabret est un beau film, un joli conte pour petits cinéphiles…

Photo (2) du film Hugo Cabret