Alors que le monde entier est frappé par un virus mortel qui se transmet par le sang et le souffle, quatre amis, Danny, son frère Brian, Bobby et Kate traversent le pays afin d’atteindre une plage californienne où ils pourront être en sécurité.
Mais alors qu’ils continuent leur route, ils comprendront que ce virus n’est pas l’ennemi le plus dangereux.

Note de l’Auteur

[rating:4/10]


Date de sortie : 26 mai 2010
Réalisé par Alex Pastor, David Pastor
Film américain
Avec Lou Taylor Pucci, Piper Perabo, Christopher Meloni, Chris Pine
Durée : 1h 24min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Infectés est un peu la bonne surprise de ce mois de mai car je n’aurai pas misé un centime sur sa sortie dans nos salles obscures puisque le film est sorti dès septembre 2009 dans la plupart des pays du monde. Chose bien étrange que de le voir arriver comme un cheveu sur la soupe sur nos écrans sans aucune publicité pour l’annoncer. Mais bon puisqu’il débarque incessamment sous peu dans notre chère contrée, attardons-nous sur son cas.

Déjà premier problème, l’affiche française. Il ne faut en aucun cas se fier à cette orientation vers le film d’horreur à la 28 Jours Plus Tard ou La Colline A Des Yeux puisque Infectés ne comporte au final que très peu de scènes d’action et de gore. Le film mise essentiellement sur les relations humaines et sur la tension qui nous tient en haleine pendant une bonne partie du film. D’ailleurs ce n’est pas le virus qui est le plus important ici, c’est les personnes porteuses. Cela instaure très rapidement une atmosphère de paranoïa même si l’on devine aisément les twists avant qu’ils arrivent.

Vient ensuite le problème de la réalisation. La photographie est réussie, l’atmosphère bien retranscrite, les décors cadrent bien avec les intentions des deux réalisateurs mais à force de tout miser sur les non vus et la tension que ce procédé engendre, le spectateur risque très facilement de se lasser et de se demander quand quelque chose d’intéressant interviendra enfin. Un meilleur dosage aurait permis à l’ensemble d’être plus dynamique et moins répétitif dans son approche. Dommage car il s’agissait de la partie la plus intéressante d’Infectés.

Car outre cette réalisation en demi-teinte, le film des frères Pastor n’apporte absolument rien de nouveau à se mettre sous la dent comme on l’a vu plus haut et du côté des acteurs c’est pas fameux non plus. Loin d’être mauvais, ils souffrent tous sans exception d’un manque de justesse qui décrédibilise énormément certaines situations. Ainsi, Chris Pine est maladroit en gros dur qui a finalement bon cœur, Christopher Meloni ne semble pas s’être aperçut qu’il n’est plus sur le plateau de New York Unité Spéciale, Lou Taylor Pucci est tout simplement trop discret et absent pour éveiller quoi que se soit en nous et les autres acteurs suivent les mêmes chemins. C’est tout le problème d’utiliser des seconds couteaux dans un film : soit ils donnent toute son importance au métrage soit il lui confère une sorte d’aura comique involontaire. Dans le cas d’Infectés c’est malheureusement le second cas qui ressort.

Au final et après projection, on comprend beaucoup mieux pourquoi Infectés a été un échec partout où il est sorti et pourquoi il a tant tardé à sortir sur nos écrans. Bien loin d’être un navet, le film souffre cependant d’un manque de travail et de connaissance en un genre qui ne pardonne aucune faute de goût ou de position. Les idées étaient là mais les frères Pastor n’ont pas réussi à nous embarquer avec eux dans cette aventure. Néanmoins, pour un premier métrage, il est important de saluer les quelques bons points dont le film dispose et qui nous prouve que les messieurs ont du potentiel. Reste désormais à savoir si les sorties ciné du 26 mai ne plongeront pas immédiatement Infectés dans les oubliettes.