Philippe est chanteur et dans l’existence d’un chanteur, il y a des moments où tout s’accélère surtout quand une groupie déjantée, des parents délaissés, une ornithologue lunaire et un ami d’enfance coriace conspirent à vous compliquer la vie… Comment en sortir ?
« En fait, tout a commencé après mon concert d’hier soir… je me retire dans ma loge, normal, pour me reposer… une ancienne connaissance me rejoint et m’invite à diner…. je me retrouve chez elle, mais en pleine campagne… du genre perdue au milieu de nulle part…. et là il y a un truc un peu spécial… je vous passe les détails… mais je suis obligé de m’enfuir… je crois que j’ai jamais autant couru que ce soir-là… Puis je tombe sur un cheval… dangereux… irascible… je marche pendant des heures dans la forêt, et tout à coup, je me retrouve là où j’habitais quand j’étais petit ! je vois deux vieux… en pyjama… mes parents… c’est trop, j’ai une sorte de syncope… Le lendemain, ma mère me réveille…. A ce moment, j’angoisse car je pense que je vais rater le car pour l’école… Bizarre, non ? »

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 26 janvier 2011
Réalisé par
Film français
Avec , ,
Durée : 1h32min
Titre original : Je suis un no man’s land
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Je Suis Un No Man’s Land de Thierry Jousse peut être pour certains d’une grande déception et pour d’autres une agréable surprise. Déception pour ceux qui s’attendent à un film réellement comique, à la manière des clips de musique de Philippe Katherine. Oui, car le chanteur est à la tête de l’affiche du film, mettant sa douce folie en avant. Pourtant, le ton du film est plus juste, « mélancolique » souvent. La part de folie se retrouve dans la partie « fantastique » du film, mais surtout dans la confrontation entre ces bizarreries et Philippe Katherine, perdu et dépassé, mais surtout touchant.

C’est en cela que le film est une agréable surprise. Rien de ridicule, d’excessif et de lourd. Juste un homme, en décalage par rapport à son entourage, qui rencontre l’amour, la mort et l’amitié. Finalement ses chansons prennent une faible part dans ce film, et c’est tant mieux. Philippe Katherine exprime davantage son jeu d’acteur et forme un remarquable duo avec Julie Depardieu.

Le scénario n’est pas d’une profonde originalité : Philippe Katherine est coincé dans son village natal à cause d’une sorte de malédiction. Son retour aux sources lui permet de renouer avec ses origines, avec lui-même. Philippe Katherine navigue dans ce film comme un enfant, avec toute la spontanéité et la naïveté du monde. Touchant donc. Mais est-ce finalement lui le seul personnage principal du film ? Il semble qu’une autre histoire prend une place encore plus intense : la relation entre ses deux parents. C’est principalement à partir de cette histoire d’amour que le film prend sa source et nous plonge dans une profonde mélancolie.

Ce film, on l’aime, grâce à des personnages décalés qui parcourent les réalités de la vie. Une rencontre touchante entre des personnes condamnées et résolues et d’autres, qui tentent de fuir, en vain.