Joseph vient de passer vingt ans en prison. A peine libéré, il n’a qu’une obsession : préparer un ultime braquage. Pour monter ce coup de maître, il a besoin d’un complice. Ne pouvant se fier à personne, il décide d’initier Julie, 20 ans.
Le trouble s’immisce entre ces deux êtres que tout oppose…

Note de l’Auteur

[rating:4/10]

Date de sortie : 18 août 2010
Réalisé par Xavier De Choudens
Film français
Avec Jacques Dutronc, Hafsia Herzi, Aurélien Recoing
Durée : 1h26min
Titre original : Joseph Et La Fille
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Tous les enjeux de Joseph Et La Fille ne sont pas atteints. La mise en scène privilégie la création d’une atmosphère particulière, centrée sur les rapports entre les personnages. C’est tout à son honneur, sauf qu’ici, les personnages desservent le semblant d’histoire porté par ce film.
Bien que Joseph, interprété par Jacques Dutronc, soit charismatique, son personnage est avant tout celui d’un homme qui ne dit rien, à l’exception de quelques murmures. Quant aux autres protagonistes, ils sont, pour ainsi dire, insupportables. « La fille », nommée Julie, porte son personnage maladroitement. Son jeu d’acteur est regrettable : elle nous propose une version terriblement agaçante et peu crédible.
Enfin, il est heureux que Franck, interprété par Denis Ménochet, ne soit pas trop présent à l’image. Xavier de Choudens explique qu’il a écrit son film en fonction de Jacques Dutronc. Aurait-il totalement fait abstraction des autres personnages ?

Il était donc difficile de créer un véritable rapport intime entre Joseph et Julie dans de pareilles conditions. Par ailleurs, leur rapport ambigu est mal amené par la mise en scène frôlant ainsi le ridicule.
Un traitement facile pour exposer le mal-être d’une fille qui n’a pas connu son père et celui d’un homme qui culpabilise pour son ancien ami ?

Face à ces agacements à répétition, le film ennuie. Le film n’est maintenu que par le courage du spectateur qui accepte de le regarder jusqu’au bout, espérant une juste récompense à son labeur.
Pourtant le vide fait écho au vide. Joseph Et La Fille ne tombe pas dans la monstration d’actions époustouflantes, mais à force de vouloir épurer le film, il ne reste plus rien à considérer. Dans ce film, Julie précise qu’elle s’impatiente : nous aussi.

Ce film est décevant : le sujet aurait pu, en effet, permettre de créer une intimité remarquable entre ses personnages. Mais la mise en scène n’apporte rien de subtil. Joseph Et La Fille est un titre mystérieux qui laissait promettre certaines choses. Dommage.