Alors que la directrice générale de l’entreprise Zenotek menace Clay, son frère, de renvoyer une grande partie des employés de sa branche, voire de la fermer définitivement, celui-ci décide de tenter un coup de poker. Il promet à sa sœur Carole qu’il parviendra, dans la journée, à signer un gros contrat. Lui et ses deux complices et amis, Josh et Tracey, comptent profiter de la soirée de Noël de l’entreprise (que Carole a pourtant interdite), pour montrer au client convoité la convivialité de leur entreprise. Evidemment JOYEUX BORDEL !, comédie américaine de cette fin d’année, tient bien son nom puisque rien ne se déroulera comme prévu. On pouvait s’attendre à voir une succession de gags potaches et lourdingues de la part des réalisateurs Josh Gordon et Will Speck. Et pourtant, JOYEUX BORDEL ! s’avère finalement être une assez bonne surprise. Un divertissement efficace, juste ce qu’il faut de vulgaire, grossiers à souhait, mais pas dénué de fond.

JOYEUX BORDEL !

Bien sûr il ne faut pas s’attendre à voir les réalisateurs des Rois du patin (2007) se lancer dans une critique poussée des entreprises et de leurs dirigeants qui, à force de ne penser qu’aux chiffres en oublient l’humain. Capable de fermer une compagnie d’un claquement de doigt sans aucune pitié à l’égard des employés. Néanmoins, JOYEUX BORDEL ! pose lointainement ces éléments par le biais des rapports familiaux. Ceux entre Carole et Clay, à la base de toute cette histoire. Elle, froide et terrifiante (interprétée par Jennifer Anniston, en très grande forme !), a toujours eu du mal à avaler la préférence de son père pour son frère. D’autant plus devant son comportement immature d’adolescent attardé mais attachant. La présence de T.J Miller (Silicon Valley, Deadpool) dans le rôle étant à ce niveau-là gage de qualité. Mais Clay reste la partie humaine qui se noie au milieu du monde du profit. Celui qui pense en premier lieu à ses employés, prêt à faire des sacrifices personnels pour eux. Ainsi, tout en évitant de tomber dans les bons sentiments mielleux, le film parvient à donner une certaine vision d’espoir et d’humanité. Typique d’un « film de Noël ».

« JOYEUX BORDEL ! s’assure notre empathie au milieu des rires et ne se contente pas de filmer une soirée de débauche, certes, fort réussie. »

Du reste, JOYEUX BORDEL ! tient toutes ses promesses en matière de comédie. A base de dialogues hilarants et politiquement incorrectes (sans tomber dans le vulgaire), et de situations improbables qui ne s’étirent pas trop, évitant ainsi toute lourdeur. Comme l’élan qui apparaît rapidement dans les toilettes, ou la relation entre deux collègues qui vire au cauchemar dès lors que l’un des deux révèle ses fantasmes sexuels en se comportant comme un enfant en bas âge avec sa mère… Le tout en réfléchissant un minimum à l’utilisation de l’espace ; principalement une grande pièce pleine d’employés, offrant en arrière plan une certaine richesse de cadre.

JOYEUX BORDEL !

Mais avant tout JOYEUX BORDEL ! parvient à donner de la place à l’ensemble de ses protagonistes. A l’inverse par exemple de Bad Moms (et bien d’autres) qui mettait en avant le personnage de Mila Kunis et faisait de ses deux acolytes de simples faire-valoir. Ici, c’est évidemment Josh le personnage principal. Partenaire de Clay, il reste au milieu des événements. Incapable de se lâcher réellement, surtout avec Tracey, il tente de contenter tout le monde et en devient ainsi attachant. Les excellent Jason Bateman et Olivia Munn qui les interprètent, forment là un très bon duo. Le film développe ainsi leur relation amoureuse, autant que le conflit entre Clay et Carole, et que plusieurs sous intrigues concernant les employés – on notera d’ailleurs la présence de la toujours géniale Kate McKinnon. En donnant une telle importance aux seconds rôles, qui ne tombent pas dans les stéréotypes, JOYEUX BORDEL ! s’assure notre empathie au milieu des rires et ne se contente pas de filmer une soirée de débauche, certes, fort réussie.

Pierre Siclier
Votre avis ?
BANDE-ANNONCE

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :