Dave Lizewski est un adolescent gavé de comics qui ne vit que pour ce monde de super-héros et d’incroyables aventures. Décidé à vivre son obsession jusque dans la réalité, il se choisit un nom – Kick-Ass – se fabrique lui-même un costume, et se lance dans une bataille effrénée contre le crime. Dans son délire, il n’a qu’un seul problème : Kick-Ass n’a pas le moindre superpouvoir… Le voilà pourchassé par toutes les brutes de la ville. Mais Kick-Ass s’associe bientôt à d’autres délirants copycats décidés eux aussi à faire régner la justice. Parmi eux, une enfant de 11 ans, Hit Girl et son père Big Daddy, mais aussi Red Mist. Le parrain de la mafia locale, Frank D’Amico, va leur donner l’occasion de montrer ce dont ils sont capables…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]


Date de sortie : 21 avril 2010
Réalisé par
Film britannique, américain
Avec , ,
Durée : 1h 57min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Adapté du comic book de à qui l’on doit également , Kick-Ass nous conte l’histoire d’un jeune adolescent à qui rien ne sourit : pas de sexe, pas de copines, pas de talents, pas de célébrité. Pire, il se fait régulièrement raquetter par une bande de voyous sans scrupules. Il n’en fallait pas plus à cet adolescent pour prendre les choses en main. Armé de ses deux matraques et camouflé derrière une tenue de pêche achetée au rabais sur Ebay, il compte bien débarrasser les rues de la vermine qui y fourmille…

A première vue, Kick-Ass a tout de la série B un brin stéréotypée dédicacée aux aficionados de et compagnie, un film où seuls les fans absolus pourraient comprendre les blagues lourdingues et les situations ridicules mises en scène. Mais cataloguer le film de Matthew Vaughn, qui rappelons-le tapis dans l’ombre de depuis des années (il y a donc un très gros potentiel en cet homme), dans cette seule catégorie serait une grave erreur car Kick-Ass est bien plus que cela.

Kick-Ass est avant tout une bonne grosse comédie qui nous régale régulièrement de situations hilarantes (le quotidien de notre jeune héro est loin d’être de tout repos), de dialogues ne jouant pas tant la facilité et de personnages hauts en couleurs. C’est d’ailleurs ces derniers qui sont le véritable « plus » de cette production. Chacun sans exception a une personnalité, une âme que nous voyons défiler au fil des minutes devant nos yeux. Sur ce point, il faut bien avouer que le casting est des plus réussit. De Aaron Johnson à en passant par Nicolas Cage, tous apportent leur petite touche personnelle et donnent à Kick-Ass un petit arrière-goût de chef-d’œuvre du genre.

A ces éléments s’ajoutent une mise en scène dynamique, des clins d’œil omniprésents au monde de la BD, une violence jouissive qui nous en met plein la vue (au programme démembrement, sang à profusion et castagne réaliste à volonté) et une Bande Originale réussit qui nous donne l’occasion de réviser nos classiques.

Au final, en attendant l’arrivée très prochainement d’ sur nos écrans, Kick-Ass est un peu LA bonne surprise du moment, un film simple en apparence qui nous fait voyager dans l’univers des héros de comics tout en restant très humain, un métrage jouissif que Tarantino en personne aurait pu réaliser tant les deux univers se confondent et se ressemblent (visuellement en tout cas). Une grosse réussite dont la suite nous fait d’ores et déjà trembler d’impatience.

PS : petit plus non négligeable, Kick-Ass ne dénature jamais l’œuvre de Mark Millar puisque ce dernier est resté pendant la totalité du tournage dans les alentours des studios. Ainsi, les fans de la première heure de Kick-Ass seront également au ange. Personne n’est donc laissé de côté. Pari amplement réussit Mister Vaughn!