Une patronne exigeante est forcée de quitter les Etats-Unis pour retourner dans son pays d’origine : le Canada. Elle accepte par la force des choses de contracter un mariage blanc avec son jeune assistant, dans le but de ne pas partir…

Note de l’Auteur

[rating:3/10]


Date de sortie : 23 septembre 2009
Réalisé par Anne Fletcher
Film américain
Avec , , Betty White
Durée : 1h 48min
Bande-Annonce :


La Proposition
envoyé par cpourlesparents. – Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

Après Gérard Butler et dans L’Abominable Vérité, c’est au tour de Ryan Reynolds et de Sandra Bullock de débarquer sur nos écrans avec une énième comédie romantique à l’eau de rose : .

Autant le dire immédiatement pour ne pas tourner autour du pot et faire durer un suspense inutile pendant 15 lignes, si L’Abominable Vérité se laissait agréablement suivre, La Proposition bénéficie d’un tout autre constat.

Le pitch de départ nous embarque sur les pas d’une histoire stéréotypée à en mourir : une patronne cruelle et sans cœur est obligée de se marier avec son jeune assistant (ou plutôt larbin) pour ne pas être expulsée des États-Unis. Bien sûr, vous vous doutez bien que ces derniers ne peuvent pas se voir en peinture et qu’ils devront cohabiter tant bien que mal ensemble pour mettre en place leur supercherie jusqu’à ce qu’ils se découvrent une attirance commune (ce n’est pas à considérer comme un spoiler puisque tout le monde le sait).

Là où le film aurait pu être intéressant est dans la relation patronne/assistant éperdument amoureux au sein de leur lieu de travail. Et bien non ! C’était sans compter sur l’ingéniosité des scénaristes qui décidèrent de sauter cette étape et de les envoyer tout droit dans le fin fond de l’Alaska (très belle photographie au passage) dans la famille de l’assistant. S’en suivra des scènes d’une bêtise inouïe, pathétique à souhait, comme ce rite indien des plus grossiers. Certes on sourit devant quelques passages bien gras et bien téléphonés mais il s’agit plus d’un sourire nerveux devant un tel spectacle.

Concernant les acteurs, ce n’est également pas terrible : Ryan Reynolds ne semble pas y croire une seule seconde et baisse les bras après seulement 30 minutes de projection, se demandant surement quelle mouche l’a piqué pour venir jouer dans cette comédie romantique bas de gamme où il n’a visiblement pas sa place. On le préférera dans des rôles plus musclés à la Blade Trinity et ou plus attendrissant et convaincant comme dans Un Jour, Peut-être.

Mais la véritable catastrophe du film est incontestablement Sandra Bullock. Absente depuis des années sur les plateaux de tournage, elle tente désespérément de revenir sur les devants de la scène et ne tarit pas d’effort pour y parvenir. Malheureusement tous ses efforts sont plus pathétiques que convaincants et font de la peine par moment. L’actrice y va à fond, de la danse grossière aux répliques écervelées, sans s’apercevoir une seule seconde que cela n’a que pour seul résultat de la fatiguer pour rien. Alors oui on rit de bon cœur avec elle, mais certainement pas pour les bonnes raisons.

Au final, La Proposition est une comédie simpliste beaucoup trop conventionnelle pour espérer à des résultats positifs au niveau de ses entrées en salle. S’il était sorti cet été je ne dis pas, mais s’agissant d’un film qui sortira à la rentrée, c’est peine perdue pour espérer quoi que ce soit.

Cette histoire classique platement mise en scène se résumant à un empilage de péripéties au goût de réchauffé tenace ne pourra que combler un spectateur vraiment peu exigeant dans ses choix cinématographiques. Car même les plus fleurs bleues d’entre nous n’y trouveront pas leur compte (sauf les plus désespérés et encore !).

Dans le même genre, préférez L’Abominable Vérité qui bien qu’également conventionnel ne donne pas l’impression d’avoir jeté son argent par la fenêtre.