L’histoire : 1977. Deux pauvres bougres désespérés, se mettent en tête de kidnapper… Le cadavre de Charlie Chaplin.

La Rançon de la Gloire paraît un film de respiration sans prétention pour Xavier Beauvois, l’homme responsable des chefs d’oeuvre : Le Petit Lieutenant, et Des Hommes et Des Dieux.

Si rien dans le film, ne viendra donc jamais nous surprendre, La Rançon de la Gloire reste tout de même une efficace association de plusieurs éléments :

– malgré l’absence de muet, Xavier Beauvois retrouve l’essence de ce qui fait un bon divertissement tel que Chaplin les réalisait. Un contexte social miséreux, des personnages attachants dans leurs défauts, une mise-en-scène précise mais burlesque, une sensibilité exagérément duveteuse, et une musique hautement émotionnelle (Bon, là c’est plus compliqué – dans les deux cas. Nous y reviendrons)

– l’excellente mise-en-condition… Elle installe patiemment les personnages, en les rendant attachants par leur misère (affective ou sociale) dans un décor particulièrement pathétique. Très Chaplin-esque ! Ce cadre est au final, partie prenante de l’empathie et la compréhension de ces personnages, des décisions qu’ils prendront.

La rançon de la gloire (2)

– les acteurs sont tous très convaincants :
Poelvoorde fait du très bon Poelvoorde – le clown triste ; est aussi excellent – crédible et multi-facettes !
On notera que malgré l’inutilité absolue de certains personnages (ceux de Peter Coyote et Chiara Mastroianni), les acteurs gardent un niveau de justesse plaisant et immersif – même la gamine (rôle écrit pour une enfant de la moitié de son age, mais interprétation au top !).
Petit plus, pour les cinq minutes finales de Louis-do de Lencquesaing – acteur qu’on adore ! (également à l’affiche de Valentin Valentin)

« Si l’on fait abstraction de l’horrible musique de Michel Legrand, La Rançon de la Gloire constitue un classique et gentil conte du désespoir et de la bêtise humaine. »

Seule (grosse) ombre au tableau : la musique de Michel Legrand. Son rôle devrait être d’accompagner par l’émotion, le cheminement des personnages vers une des richesses (amour, argent, santé) qu’ils recherchent – à l’image d’un film de Charlot. Mais également à l’instar des films du maître, une mauvaise musique peut gâcher tout ce qui a pu être mis en place… C’est le cas ici : grandiloquente, gênante, lourde, larmoyante… Elle surligne maladroitement l’ambition chaplinesque de l’intrigue, au lieu d’accompagner et de construire les personnages.

Si l’on fait donc abstraction de l’horrible musique de Michel LegrandLa Rançon de la Gloire constitue un classique et gentil conte du désespoir et de la bêtise humaine, appréciable pour sa simplicité, son efficacité et son absence de jugement.

Les autres sorties du 7 janvier 2015

INFORMATIONS

7 janvier 2015 La Rançon de la Gloire


 

Titre original : La Rançon de la Gloire
Réalisation :  
Scénario :  , Xavier Beauvois
Acteurs principaux : , Roschdy Zem,
Pays d’origine : France
Sortie : 7 janvier 2015
Durée :  1h54min
Distributeur : Mars Distribution
Synopsis : Vevey, une petite ville au bord du lac Léman, 1977.
Tout juste sorti de prison, Eddy est accueilli par son ami Osman. Ils ont tous deux convenu d’un marché. Osman héberge Eddy, en échange de quoi celui-ci s’occupe de sa fille de sept ans, Samira, le temps que sa femme Noor subisse des examens à l’hôpital. Mais en cette veille de Noël, le manque d’argent se fait cruellement sentir. Aussi, lorsque la télévision annonce la mort du richissime comédien Charlie Chaplin, Eddy a une idée : subtiliser le cercueil de l’acteur et demander une rançon à la famille !

BANDE-ANNONCE