Après une série de courts-métrages qu’ils produisent via leur société « Ratquirit Films », les réalisateurs et réalisent en 2001 leur premier long-métrage, Le Rat. Leur second, Camping sauvage, montrait en 2006 un le potentiel du duo. Avec leur dernier projet, LA VOLANTE, nous voilà bien moins sûr de l’efficacité de cette collaboration tant les défauts y sont nombreux. Pourtant porté par une intrigue prenante, digne de très bons thriller, le film déçoit sur tout le reste qui le compose. Aussi bien dans l’interprétation médiocre, que dans l’image « pauvre », ou encore dans la réalisation très basique. Un produit d’ensemble qui provoque une forte gêne et un grand embarras.

Alors qu’il emmène sa femme à la maternité pour accoucher, Thomas percute et tue un jeune homme sur la route. Marie-France, la mère de ce dernier, ne parvient pas à se remettre du drame. Neuf ans plus tard, Marie-France devient la secrétaire de Thomas sans qu’il sache qui elle est. Peu à peu, elle s’immisce dangereusement dans sa vie et sa famille jusqu’à lui devenir indispensable.

la volante

Il y a devant LA VOLANTE un sentiment étrange. L’impression de marcher sur un fil et de pouvoir basculer à tout moment entre le bon et le très mauvais. Fort d’une ambiance de thriller à la manière (très lointaine mais tout de même) d’un Brian De Palma, LA VOLANTE a, il est vrai, quelque chose d’intriguant et de dérangeant. Le malaise est bien là, mais difficile de savoir s’il est maîtrisé et provient de l’atmosphère du film, ou des défauts malheureux de la direction artistique. Le principale est la terrible direction des acteurs puisqu’aucun ne parvient à jouer correctement. , au premier plan pour interpréter Thomas, fait peine à voir en jeune cadre autoritaire. Très vite, il apparaît perdu et peu à l’aise dans son costume. Il en va de même pour la pauvre dont on connait le talent mais qui ici ne parvient jamais à trouver le bon ton pour jouer la secrétaire Marie-France. Elle ne convainc finalement que par son allure angoissante, avec son long manteau blanc et ses gants noirs, ressemblant par moment à « la mystérieuse tueuse blonde » issue du chef d’œuvre de De Palma : Pulsion (1980). De plus, au-delà de cette ambiance froide instaurée par les réalisateurs, l’image et les décors proposés semblent bien pauvres.

”Le malaise est bien là, mais difficile de savoir s’il est maîtrisé et provient de l’atmosphère du film ou des défauts malheureux de la direction artistique.”

Ainsi, seul le scénario parvient à nous maintenir un brin attentif. Car en révélant ce qui semble être toute l’intrigue dès les premières minutes, à savoir que Marie-France se fait engager comme secrétaire de Thomas, l’assassin accidentel de son fils, pour une probablement se venger, le mystère vient de ses intentions cachées. Jusqu’où veut-elle aller ? A qu’elle point s’initiera-t-elle dans la vie de Thomas ? En retardant son plan machiavélique, nous voilà face à une attente frustrante. Marie-France continue de se rapprocher et de se comporter comme une mère avec Thomas. Mais sa folie et sa monstruosité iront bien plus loin qu’imaginé. Sans en révéler davantage, on peut noter une succession de rebondissements efficaces qui ne perdent pas en crédibilité. Pas suffisant tout de même pour sauver le reste de cette petite production, amputée par ses trop grandes faiblesses.

@PSiclier

LES AUTRES SORTIES DU 2 SEPTEMBRE 2015

INFORMATIONS

La volante

CRITIQUE
 INTERVIEW de Nathalie Baye par Sylvie-Noëlle

Titre original :
Réalisation : Christophe Ali, Nicolas Bonilauri
Scénario : Christophe Ali, Nicolas Bonilauri,
Acteurs principaux : Nathalie Baye, Malik Zidi,
Pays d’origine : France, Belgique, Luxembourg
Sortie : 2 septembre 2015
Durée : 1h27
Distributeur : Bac Films
Synopsis : Alors qu’il emmène sa femme à la maternité pour accoucher, Thomas percute et tue un jeune homme sur la route. Marie-France, la mère de ce dernier, ne parvient pas à se remettre du drame. Neuf ans plus tard, Marie-France devient la secrétaire de Thomas sans qu’il sache qui elle est. Peu à peu, elle s’immisce dangereusement dans sa vie et sa famille jusqu’à lui devenir indispensable.

BANDE-ANNONCE

4
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
PatrickPierreMM Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
MM
Invité
MM

Christophe Ali n’est pas le seul scénariste. Nicolas Bonilauri est coauteur, coscénariste. D’autres ont également collaboré.

Patrick
Invité
Patrick

Bizarrerie du scénario : quand Marie-France se rend à la librairie et qu’elle demande à la mère de Léo de ses nouvelles, (avant de commettre son forfait), celle -ci lui répond qu’il « va mal depuis la mort de son père ». Alors qu’il est bien vivant. Je pensais m’être endormi et avoir manqué un morceau !!! On était 3 et on s’est regardé sans comprendre.