Ancien apprenti de Merlin, Balthazar Blake est à la recherche du descendant spirituel de son maître “le Premier Merlinien” depuis des siècles afin de pouvoir faire libérer l’âme de sa bien aimée d’une poupée gigogne où se trouve également l’âme de la maléfique Morgane. Maxim Horvath, un autre ancien apprenti de Merlin dévolu à la cause de Morgane, cherche en revanche à faire libérer sa maîtresse et à l’aider à conquérir le monde. Au milieu de ce combat, le maladroit Dave Stutler découvre grâce à Balthazar qu’il est le 1e Merlinien… et qu’il a beaucoup à apprendre !

Note de l’Auteur

[rating:5/10]

Date de sortie : 11 août 2010
Réalisé par Jon Turteltaub
Film américain
Avec Nicolas Cage, Jay Baruchel, Teresa Palmer, Alfred Molina, Monica Bellucci
Durée : 1h45min
Titre original : The Sorcerer’s Apprentice
Bande-Annonce :

On peut le dire tout de go : on est face à une sorte de sous-Harry Potter. Estampillé Disney, ce film comporte son lot de pouvoirs magiques, de quête initiatique et de personnages hauts en couleurs. D’ailleurs voir apparaître au générique Nicolas Cage et Alfred Molina surprend et on imagine très vite que ces deux acteurs sont là pour encaisser leur chèque et en faire le minimum. Mais ce n’est pas tout à fait vrai. Certes ils cabotinent et ne font pas dans l’excellence, mais leur travail reste respectable pour un film mineur. Les autres acteurs, plus jeunes, sont en revanche plus moyens avec notamment le rôle de Dave Stutler surjoué à l’extrême.

Pour ce qui est du scénario, on fait en effet dans le très classique : l’apprentissage et tout le tralala qui va avec (en même temps, il y a Apprenti dans le titre…). La bonne surprise vient des dialogues légers qui, même s’ils sont relativement logiques et prévisibles, font généralement mouche. De même, la durée et le rythme du film sont bien étudiés et on ne s’ennuie pas spécialement. Par contre, les effets spéciaux ne sont pas surprenants et on a mille fois vu ces rayons de lumière ou ces objets animés. On notera à propos d’objets animés une jolie référence au Merlin L’Enchanteur de Disney avec une scène complète.

Après, on est loin de la richesse d’un Harry Potter vu que la comparaison est assez facile, même si je me suis moins ennuyé à regarder ce film qu’avec le dernier opus de l’adaptation ciné de la saga de J.K. Rowling. La prestation est globalement moyenne avec quelques bonnes idées. En bref, un divertissement honnête mais sans panache.