La dernière bataille pour le pouvoir met en scène des hommes contre des rois et des rois contre des dieux. Mais la guerre entre les dieux eux-mêmes peut détruire le monde. Né d’un dieu mais élevé comme un homme, Persée ne peut sauver sa famille des griffes de Hadès, dieu vengeur du monde des Enfers. N’ayant plus rien à perdre, Persée se porte volontaire pour conduire une mission dangereuse et porter un coup fatal à Hadès avant que celui-ci ne s’empare du pouvoir de Zeus et fasse régner l’enfer sur terre. A la tête d’une troupe de guerriers courageux, Persée entreprend un périlleux voyage dans les profondeurs des mondes interdits. Luttant contre des démons impies et des bêtes redoutables, il ne survivra que s’il accepte son pouvoir en tant que dieu, qu’il défie son destin et crée sa propre destinée.

Note de l’Auteur

[rating:3/10]


Date de sortie : 7 avril 2010
Réalisé par
Film américain
Avec , ,
Durée : 1h 58min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Remake du nanar culte (ou pas) des années 80, Le Choc Des Titans avait tout pour plaire. Mélanger le jeu mythique avec des pincées de et du Seigneur Des Anneaux et vous obtenez en théorie un breuvage divin à consommer sans modération. Ça, c’était avant qu’intervienne le travail de sabotage de Louis Leterrier, sabotage qui commence au cœur même du sujet : la mythologie. Quand on voit le film, on se demande si monsieur Leterrier a ouvert un livre traitant de la mythologie et s’il a fait exprès de modifier à ce point l’histoire ? Entre les deux mon cœur balance comme dirait le philosophe dans mais dans tous les cas, où Leterrier a-t-il vu que Pégase était noir, pourquoi créer cette rixe débile entre Hades et Zeus qui n’a rien à faire avec l’histoire de Persée et d’Androméde, que vient faire Io « la génisse » dans les bras de Persée à la fin du film…? Alors détruire pour mieux reconstruire, oui mais à condition d’avoir le talent nécessaire pour pouvoir le faire, ce que n’a visiblement pas le réalisateur ici. Rien que ce sacrilège fera se lever les puristes de leur trône et brandir leur glaive étincelant pour fendre le crâne du malheureux infidèle. Mais bon, comme une autre catégorie de personnes ne mise que sur le spectacle discutons-en un peu du spectacle.

Niveau effet, il faut bien le reconnaître, Le Choc Des Titans en met plein la vue même si je ne reviendrais pas sur la 3D que je trouve malhonnête et trompeuse dans bien des cas. Ici, les scènes d’actions sont aussi époustouflantes que jouissives avec des hordes d’ennemis assoiffées de sang et même un Kraken pour finir de nous faire ouvrir grand la bouche tels les gosses que nous étions jadis qui s’émerveillaient devant une grosse bébête hideuse. Là on se dit pourquoi pas, on a payé une place pour de l’action et on en a alors pourquoi se plaindre ? Mais dans ce cas que dire des acteurs ? Chacun sans exception cachetonne. Sinon pourquoi avoir signé pour apparaître aussi kitch à l’écran ? Les dialogues sont monstrueusement pompés sur tous les nanars du genre, les postures surjouées à outrance, bref le niveau de jeu est au plus bas. Pourquoi tant de méprises ? On peut encore passer sur le côté grand guignolesque de la mythologie mais pas sur cette multitude de petits détails qui en fera déguerpir plus d’un. Dommage car le film avait tout pour plaire sur papier.

Au final, Le Choc Des Titans est un film à peine passable, un spectacle pop-corn à peine cuit qui ne se regardera qu’une seule fois (c’est en moyenne la durée de vie de la plupart des films du réalisateur, une fois pas deux), un film réalisé à la va-vite ne misant que sur la surabondance d’effets spéciaux, un film qui nous ferait presque regretté son hilarant grand frère. Dommage.