Affiche du film LE LORAX

Pour conquérir le cœur de sa jolie voisine, Audrey, Ted va s’échapper de Thneedville, un monde totalement artificiel où toute végétation a définitivement disparu, pour partir en quête d’un arbre vivant. Ted va rencontrer le Gash-pilleur, un vieil ermite aigri reclus dans sa cabane au milieu de nulle part, et découvrir la légende du Lorax, cette créature aussi renfrognée que craquante qui vit dans la magnifique vallée de Truffala et lutte avec ardeur pour la protection de la nature. Avec l’aide de sa grand-mère, Mamie Norma, Ted va devoir déjouer les pièges de O’Hare et ses sbires pour rapporter à Audrey la dernière graine d’arbre vivant au monde. Sans le savoir, le jeune garçon va transformer le destin de Thneedville.

Note de l’Auteur

[rating:4/10]

Date de sortie : 18 juillet 2012
Réalisé par
Film américain
Avec Danny DeVito / (voix VO/VF), / Kev Adams (voix VO/VF), / (voix VO/VF)
Durée : 1h27min
Titre original : Dr Seuss’ The Lorax
Bande-Annonce :

L’idée de base du Lorax, sortie de l’esprit de Dr Seuss, auteur des aventures du Grinch et de Horton, est clairement écologique. On aurait pu s’attendre de l’équipe à l’origine de l’amusant Moi Moche et Méchant, le réalisateur Chris Renaud et les scénaristes et , à un film jouant sur les mimiques de la faune rencontrée et un rythme d’humour soutenu. Cela se présente dans la première moitié du film : les oursons jouent ici le rôle de minions ou Scrat en puissance, muets et joueurs, alors que la famille du jeune héros s’avère également très déjantée, notamment la grand-mère.

Malheureusement, le poids du message green est ici clairement trop lourdement amené. D’abord par un personnage-titre assez absent et creux, moraliste et peu amusant, et ensuite par la caricature facile d’un vil grand patron prêt à s’enrichir en vendant simplement de l’air en bouteille, on est ici dans la critique facile, directe et peu fine. On est loin du message poétique d’un de par exemple, sans comparer la technique des deux films. D’ailleurs si on ajoute à ce tableau les chansons façon comédie musicale qui encombrent le film dès son début, on se retrouve face à un exercice moraliste et infantilisant assez déstabilisant.

Photo (1) du film LE LORAX

Le Lorax renferme certaines bonnes idées et peut faire sourire, mais son propos écologique et ses chansons échappées des des années 90 encombrent de manière pataude le long-métrage dans son ensemble.

Néanmoins, on ne crachera pas sur l’inventivité dans la conception du background avec une ville colorée et bien pensée en terme de design ainsi que des personnages secondaires amusants et mignons qui relèvent le niveau assez quelconque de l’ensemble de ce dessin-animé. De même, le développement de deux histoires parallèles (une dans le présent et une dans le passé) donne également une construction intéressante au film et assez originale. Malgré tout cela, on restera face à un film pour enfants assez convenu dans son message et en soi, pas très motivant.

Le Lorax renferme certaines bonnes idées et peut faire sourire, mais son propos écologique et ses chansons échappées des Disney des années 90 encombrent de manière pataude le long-métrage dans son ensemble. Au final peu digeste pour les adultes, ce film pourra toutefois être un divertissement pour enfants correct.

Photo (2) du film LE LORAX