T  out commence par une rencontre. Une rencontre improbable entre une petite fille, qui est devenue adulte un peu trop vite, et un vieil aviateur, qui n’en est jamais devenu un. Autour d’une histoire, celle de l’aviateur et du Petit Prince, une amitié naît et grandit entre deux personnages que tout opposait.

C’est un pari fou et risqué d’adapter le « roman » connu par tous (et souvent mal connu) du Petit Prince. Et pourtant Mark Osborne l’a fait! Avec audace et respect, le réalisateur s’est approprié un livre hors du commun pour lui donner vie. En entremêlant l’histoire de la petite fille et celle du Petit Prince, en passant de l’image de synthèse au stop motion avec habileté, Mark Osborne nous raconte ces aventures et ces expéditions que tout sépare et pourtant que tout rassemble. Deux récits de voyages naissent dans des galaxies complémentaires et universelles. Le surnaturel et la magie de l’oeuvre de Saint-Exupéry traversent le quotidien et l’innocence retrouvée par la petite fille et celle de son ami hors du commun. Un bémol pour ma part :  l’instant où ces deux mondes se rencontrent véritablement lors du dernier périple initiatique mené par la petite fille. Ce troisième monde (en images de synthèse) mêlant les deux contes, donne corps à une interprétation singulière de la fable d’Antoine de Saint-Exupéry. Le nouveau personnage du « Petit Prince » laisse un goût amer. Une illusion est brisée par sa nouvelle incarnation et une déception transperce nos coeurs d’enfant.

120607.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les thèmes précieux abordés par Saint-Exupéry tels que l’amour, l’amitié et l’enfance ne sont qu’effleurés dans le second récit de la petite fille. Derrière une structure et une narration mécanisée, LE PETIT PRINCE de Mark Osborne est avant tout l’histoire de découvertes ou plutôt de redécouvertes de l’enfance et de renaissances. Celle d’une petite fille qui a grandi trop vite sous la pression de sa mère et d’une société qui ne laisse plus de place au rêve et à l’extraordinaire. Celle d’une mère qui a oublié ce que sont l’enfance et l’insouciance. Celle d’un vieil homme hanté par une histoire passée qui trouve dans cette nouvelle rencontre une dernière aventure.

« Une adaptation en demi-teinte, sans les frissons et l’essentiel de l’oeuvre de Saint-Exupéry. »

En créant des personnages touchants et attachants, Mark Osborne nous offre un nouveau point de vue, une nouvelle fenêtre sur l’oeuvre majeure et fascinante de Saint-Exupéry. Son récit en deux temps, à travers deux techniques parfaitement maitrisées, nous laisse, en sortant de la salle, un goût de demi-échec. La magie du livre de Saint-Exupéry n’opère réellement que dans les passages en stop-motion. En combinant des oppositions telles que l’extraordinaire et l’ordinaire, la vie et la mort, l’enfance et la vieillesse, Mark Osborne nous amène dans un dernier voyage dont le but est d’apprendre à rester un enfant.

@Marie

INFORMATIONS

252698

CANNES 2015 : les autres films de la sélection officielle

• Titre original : The Little Prince
• Réalisation : Mark Osborne
• Scénario : Irena Brignull d’après l’oeuvre d’ Antoine Saint-Exupéry
• Casting VO : Jeff Bridges, Rachel McAdams, James Franco, Marion Cotillard, Benicio Del Toro
Casting VF: André Dussollier, Florence Foresti, Vincent Cassel, Marion Cotillard, Guillaume Gallienne, Laurent Lafitte, Vincent Lindon
• Pays d’origine : États-Unis
• Sortie : 29 juillet 2015
• Durée : 1h48min
• Distributeur : Paramount Pictures France
• Synopsis : C’est l’histoire d’une histoire. C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes. C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.
C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

BANDE-ANNONCE