Le Premier jour du reste de ta vie, ou cinq jours décisifs dans la vie d’une famille de cinq personnes, cinq jours plus importants que d’autres où plus rien ne sera jamais pareil le lendemain.

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 23 juillet 2008
Réalisé par
Film français
Avec , , Déborah François
Durée : 1h54min
Titre original : Le premier jour du reste de ta vie
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Il y a des histoires qui nous sont contées mille fois par le cinéma, notamment celles des drames familiaux. Le premier jour du reste de ta vie est l’une d’elles, mais se détache avec sensibilité et originalité. Le regard porté sur cette famille, les acteurs, l’humour et le montage transforment cette histoire, peut-être banale en apparence, en un petit bijou du cinéma français.

Robert, interprété par Jacques Gamblin (Au coeur du mensonge), est une fois de plus remarquable dans ce rôle de père désabusé, perdu mais patient. Ce personnage terriblement expressif participe à nous capturer au cœur du conflit qui rythme la vie de cette famille. Pourtant il ne s’agit pas ici d’un simple drame qui enfonce le spectateur dans du pathos opaque : Le premier jour du reste de ta vie sait justement jouer quelques notes humoristiques qui allègent la narration et nous imprègnent de ce témoignage.

Le film accorde à chacun des personnages une importance particulière : l’un après l’autre, les voilà au cœur de la narration. A chacun sa drogue et son plaisir. Cinq personnages, cinq chapitres, qui nous offrent bien plus que de simples considérations existentielles. Différents et identiques à la fois, ces chapitres créent une véritable unité au sein de cette famille, qui devient finalement le personnage principal. C’est ainsi que subtilement le spectateur s’identifiera à chacun des personnage, mis en avant les uns après les autres.

Les pères sont là, parfois témoins de ce film comme nous autres spectateurs. Passifs dirait-on ? Absolument pas. Discret. Trop parfois. Un silence transmis par filiation qui nous plonge, à notre tour, dans un silence respectueux.