Les Inconnus Dans La Ville (ou Violent Saturday), réalisé par Richard Fleischer , est un film de braquage court mais efficace que l’on pourrait comparer de loin à l’Ultime Razzia de Stanley Kubrick dans sa construction. Sobre et classique en apparence, ce polar un peu oublié fait preuve de sens dans l’écriture de ses personnages, notamment sur la moralité de leurs mœurs. Un aspect qui le démarque de la concurrence.

L’action se tient dans une petite ville tranquille située près d’une mine de cuivre dont l’explosion en guise de scène d’ouverture instaure le doute et nous laisse présager la suite des événements. Tout déconstruire pour mieux reconstruire… Le film tourne autour d’un trio de malfrats organisant sa petite affaire dans la banque du coin, l’élaboration du plan nous menant à la rencontre de nombreux personnages secondaires qui s’avéreront plus importants qu’on ne le pense par la suite. La petitesse de la ville rendant tout à échelle réduite amènera à une description assez intimiste des personnages.

 

Richard Fleischer n’est pourtant pas fan des gros plans mais n’en aura pas besoin tant sa maîtrise du cadre (auquel la photographie et le scope se prêtent parfaitement) et de l’action sont intelligents. Une intelligence qui sert les personnages et leur donnera toute leur substance: le réalisateur talentueux sait trouver des petites scènes simples et courtes pour en dire long sur les personnages présentés, comme  (l’écrasement de main n’en fallait pas plus pour comprendre qu’il tend vers la violence et n’aime pas les enfants) ou encore le directeur de banque dont l’obsession maladive pour une infirmière sera résumée lors du plan où il l’épie à travers la fenêtre. L’écriture des personnages est fine et recherchée, Richard Fleischer n’en fait jamais trop et apporte la petite touche de détails nécessaires à la profondeur de chacun.

© Carlotta

© Carlotta

Après s’être attardé sur les conflits de chaque personnage pendant la première heure (peut-être un poil trop longue sur certains cas), le film nous délivre enfin les coups de feu. L’exécution du braquage réunira tout ce beau monde et en expliquera enfin le lien dans un final fait de poudre et de justice. En effet, le casse s’apparentera à une sorte d’exutoire, de jugement, punissant les mauvais et rendant grâce aux bons. Les gangsters apportent, malgré eux, la résolution des problèmes des habitants de la ville présentés dans le film, sans leur faire de cadeaux pour autant. La morale triomphe ici, cette dernière partie du film fera payer le comportement de certains personnages : ils seront traités à leur juste valeur mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler .

”Les Inconnus Dans La Ville est un petit polar intelligent et bien ficelé qui fait la part belle à la morale ”

On pourrait presque y voir une quête de l’héroïsme lors de l’épisode chez les Amish : l’une des meilleures scènes du film au déroulement musclé qui rappelle aussi que cette histoire de braquage n’est pas forcément qu’un prétexte et peut délivrer des moments de fusillades bien amenées et intenses.
La musique typique du genre et de l’époque renforce d’ailleurs la tension mais n’est pas forcément nécessaire et aurait gagné à être plus discrète à certains moments.

Plus qu’un film de braquage, Les Inconnus Dans La Ville est un petit polar intelligent et bien ficelé qui fait la part belle à la morale. Même si sa linéarité formelle, bien que maîtrisée, pourra vous ennuyer par moments, ce film au final prenant constitue une jolie pièce du genre servie par un casting élégant.

INFORMATIONS
Titre original : Violent Saturday
Réalisation : Robert Fleischer
Scénario : Sydney Boehm
Acteurs principaux : Victor Mature, Richard Egan, Stephen McNally, Virginia Leith, Tommy Noonan, Lee Marvin, ,
Pays d’origine : Américain
Sortie : Avril 19554
Durée : 1h30mn
Distributeur : Carlotta
Synopsis : Une petite ville est le théâtre d’un hold-up particulièrement violent.
BANDE-ANNONCE