LES JARDINS DU ROI évoquent la vie d’une artiste paysagiste Sabine de Barra () choisie par le maître jardinier du Roi, André Le Nôtre (Matthias Schoenaerts), pour la conception du bosquet des Rocailles en 1682 dans le Versailles de Louis XIV. Femme de talent, elle reste peu familière des intrigues de la Cour et de l’étiquette. La reconstitution des jardins est merveilleuse et on se laisse griser par la bande-son du violoncelliste Peter Gregson.

s’affranchit quelques peu des codes traditionnels du genre, en proposant tout d’abord une intrigue sous la forme d’un thriller. La mise en scène se veut versatile, légère par moment, elle devient progressivement dramatique, tout en conservant une toile romantique en fond. Un mélange qui fonctionne et éveille la curiosité. Dans un second temps, le film prend une tournure plus romanesque, reléguant les jardins au second plan, ce qui n’est pas forcément pour nous déplaire.

Les deux acteurs principaux, à savoir Kate Winslet (Titanic, La Vie de David Gale ou encore The Reader) et Matthias Schoenaerts (vu récemment dans Suite Française et plus connu en France pour son rôle dans De Rouille et d’Os) confirment leur formidable capacité d’adaptation. Ils se fondent avec facilité dans la peau de leur personnage respectif.

© Lionsgate

© Lionsgate

Le statut de femme qui cherche à conserver son indépendance n’est pas nouveau pour l’actrice britannique. Elle l’avait déjà incarnée dans Mildred Pierce (mini-série de la BBC produite en 2011), où elle devait se battre pour s’émanciper et subvenir au besoins de sa famille sans subir la tutelle d’un époux. Bien que les synopsis soient différents, ils se recoupent dans leur questionnement sur le rôle de la femme dans des sociétés qui tolèrent difficilement qu’elles aient des responsabilités.

« Un film historique efficace, porté par une Kate Winslet excellente, comme à son habitude. »

Cependant, même si Kate Winslet est irréprochable, le film a tendance à trop se reposer sur ses épaules, au détriment des personnages secondaires pas assez exploités à mon goût (notamment l’étonnant Roi-Soleil interprété par Alan Rickman lui-même).

© Lionsgate

© Lionsgate

 

On sent qu’il y a un véritable travail sur l’aspect historique, mais que le réalisateur se l’approprie à sa manière et l’aborde sous un aspect peu coutumier. Plutôt que de se focaliser sur la véracité historique et la description des moeurs de l’époque à tout prix, il explore ce qui se cache en dessous des perruques de ses personnages à la différence de L’Enfant Roi par exemple. Toutefois, Alan Rickman ne parvient pas à éviter tous les écueils du genre et certains passages comme ceux se déroulant à la Cour du Roi traînent un peu en longueur et finissent par lasser. L’ensemble reste néanmoins de grande qualité. Une symphonie parachève cette oeuvre surprenante tant sur le fond que sur la forme.

LES JARDINS DU ROI est un film historique efficace porté par une Kate Winslet excellente comme à son habitude. C’est propre et rigoureux mais ça manque d’un peu de piquant pour être une vraie belle surprise.

Les autres sorties du 6 mai 2015

PYRAMIDE, LES JARDINS DU ROIL’ÉPREUVE, MELODY, HYENA (critique / contre-critique)UN PEU BEAUCOUP AVEUGLÉMENTZANETA, PARTISAN, LADYGREYLE TALENT DE MES AMIS, etc.

INFORMATIONS

flm002136

• Titre original : A Little Chaos
• Réalisation : Alan Rickman
• Scénario : Alison Deegan, Alan Rickman, Jeremy Brock
• Acteurs principaux : Kate Winslet, , Alan Rickman
• Pays d’origine : Royaume-Uni
• Sortie : 6 mai 2015
• Durée : 1h56 min
• Distributeur : Metropolitan Filmexport
• Synopsis : Artiste aussi douée que volontaire, Sabine De Barra conçoit de merveilleux jardins. En 1682, son talent lui vaut d’être invitée à la cour de Louis XIV, où le célèbre paysagiste du roi, André Le Nôtre, fasciné par l’originalité et l’audace de la jeune femme, la choisit pour réaliser le bosquet des Rocailles. Ce sera une pièce maîtresse des jardins, la salle de bal à ciel ouvert du nouveau palais que le Roi Soleil souhaite créer à Versailles pour éblouir l’Europe. Tout en donnant son maximum et en menant l’incroyable chantier pour terminer à temps, Sabine s’aperçoit vite qu’à la cour, le talent ne suffit pas : il faut aussi maîtriser l’étiquette et savoir naviguer dans les eaux troubles des intrigues.

BANDE-ANNONCE