Stephen Meyers est le jeune mais déjà très expérimenté conseiller de campagne du gouverneur Morris, qui se prépare pour les élections à la présidence américaine. Idéaliste et décidé à faire honnêtement tout ce qu’il peut pour faire gagner celui qu’il considère sincèrement comme le meilleur candidat, Stephen s’engage totalement. Pourtant, face aux manipulations et aux coups tordus qui se multiplient vite, Stephen va devoir faire évoluer sa façon de travailler et de voir les choses. Entre tentations et désillusions, les arcanes du pouvoir le transforment…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 26 octobre 2011
Réalisé par
Film américain
Avec , George Clooney, , ,
Durée : 1h35min
Titre original : The Ides of March
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Adaptation d’une pièce de théâtre de Beau Willimon (Farragut North), confronte George Clooney, Ryan Gosling (dont c’est le 3ème film cette année après et Crazy Stupid Love) et Philip Seymour Hoffman au sein d’une course électorale et détaille d’abord la mécanique politique américaine à travers la conquête état par état, les équipes de campagne et évidemment la relation parfois discutable avec les médias et les tractations peu glorieuses en coulisse. George Clooney, avec sa casquette de réalisateur, dépeint de manière assez claire toutes ces composantes de la course à la présidence. Sans complaisance, on retrouve le regard critique du réalisateur-scénariste sur la politique et les médias que l’on avait déjà pu remarquer dans , l’autre film qu’il a réalisé et scénarisé qui traitait en 2006 de la chute du sénateur McCarthy.

Si le jeu de l’ensemble des acteurs est juste, que ce soit les pointures citées ci-dessus ou ceux qui leur donnent la réplique comme la jeune Evan Rachel Wood, remarquée dans en Reine des Vampires, le rythme pêche par une certaine lenteur. L’ennui est malheureusement au rendez-vous pendant la première demi-heure comme dans Good Night and Good Luck. En comparaison, on se retrouve quand même face à un film plus prenant mais il est dommage de devoir attendre le dernier tiers du film pour réellement être pris dans l’histoire. Un peu plus d’humour (même noir ou désabusé) aurait été bienvenu pour donner plus de corps à l’ensemble.

[pullquote]Les Marches du Pouvoir est un film sobre, intelligent et bien filmé mais son sujet (la politique) n’est pas forcément des plus passionnants quand l’idéologie n’est pas au coeur de la thématique et on regrettera fortement un parti-pris trop dramatique qui plombe un peu le propos.[/pullquote]Techniquement par contre, on ne peut que reconnaître être face à un bel objet cinématographique. On sent que l’imagerie de la propagande électorale a été bien digérée lors de la retranscription de la campagne du candidat Morris (George Clooney) mais également dans d’autres scènes “en coulisses”, notamment un échange entre Philip Seymour Hoffman et Ryan Gosling derrière un drapeau américain qui finit sur une ombre chinoise très symbolique. Le film joue aussi sur de lourds silences ou des moments de voix “brute” pour alourdir intelligemment (mais peut-être trop ?) les propos des protagonistes.

En fait, Les Marches du Pouvoir est un film sobre, intelligent et bien filmé mais son sujet (la politique) n’est pas forcément des plus passionnants quand l’idéologie n’est pas au coeur de la thématique et on regrettera fortement un parti-pris trop dramatique qui plombe un peu le propos. Reste à sauver la qualité “cinématographique” (jeu des acteurs, plans, etc) mais le coeur n’y est pas…