Avec sa troupe de théâtre ambulant, ” l’Imaginarium “, le Docteur Parnassus offre au public l’opportunité unique d’entrer dans leur univers d’imaginations et de merveilles en passant à travers un miroir magique. Mais le Dr Parnassus cache un terrible secret. Mille ans plus tôt, ne résistant pas à son penchant pour le jeu, il parie avec le diable, Mr Nick, et gagne l’immortalité. Plus tard, rencontrant enfin l’amour, le Docteur Parnassus traite de nouveau avec le diable et échange son immortalité contre la jeunesse. A une condition : le jour où sa fille aura seize ans, elle deviendra la propriété de Mr Nick. Maintenant, il est l’heure de payer le prix… Pour sauver sa fille, il se lance dans une course contre le temps, entraînant avec lui une ribambelle de personnages extraordinaires, avec la ferme intention de réparer ses erreurs du passé une bonne fois pour toutes…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 11 novembre 2009
Réalisé par Terry Gilliam
Film français, canadien
Avec Heath Ledger, Johnny Depp, Jude Law
Durée : 2h02min
Titre original : The Imaginarium of Doctor Parnassus
Bande-Annonce :


L’Imaginarium Du Docteur Parnassus : Bande-Annonce (HD)
envoyé par LeBlogDuCinema. – Les dernières bandes annonces en ligne.

Une bande annonce alléchante, un film prometteur et une déception à la clef.
L’Imaginarium Du Docteur Parnassus ne propose rien de plus qu’un voyage initiatique (et c’est lui faire que trop d’honneur que d’en parler ainsi) au milieu de mondes irréels, impressionnants et certes magnifiques. Le reste ? Il faut le chercher en soi. L’histoire n’est pas de celles qui déroutent ou qui nous emportent dans une vague d’émotions. La répétition des séquences dans l’Imaginarium risque de lasser certains spectateurs. L’enjeu dans le “vrai” monde n’a rien d’original, ni de réellement accrocheur.

Revenons alors sur ce qui me semble être l’unique intérêt de ce film : l’Imaginarium. Oui, nous pouvons accorder à L’Imaginarium Du Docteur Parnassus d’avoir investi dans les effets spéciaux pour nous emporter dans un univers aux couleurs saturées. La mise en place de séquences amusantes réveillera l’esprit du spectateur un bref instant. On se doit aussi de relever la présence de quatre acteurs qui ne laisseront pas indifférentes une certaine gente féminine : Heath Ledger, Johnny Depp, Jude Law, et Colin Farrell. Le tout incarnant un seul et unique personnage. Cette idée n’était pas initialement prévue dans le scénario : suite au décès d’Heath Ledger, il a été décidé de « transformer » son personnage durant les scènes dans l’Imaginarium avec les faciès des trois autres célèbres comédiens. Bien que non dicté par « l’imagination » de Terry Gilliam durant le stade de l’écriture, il s’avère que ce choix est peut-être un des plus (voire le seul) intéressant.

Il est réellement regrettable que ce film, si prometteur à la base, n’ai pas trouvé d’autres accroches que sa plastique. Pourquoi ne pas insister davantage sur l’origine même du Docteur Parnassus ? Le personnage M. Nick (interprété par Tom Waits) qui semble un des plus intéressants et des plus complexes, ne subit pas un traitement à sa hauteur. L’histoire d’amour entre Valentina (Lily Cole) et Anton (Andrew Garfield) n’apporte qu’un schéma basique et très connu au film. A l’inverse, les rencontres entre le Docteur Parnassus et M. Nick sont d’un double intérêt… et pourtant à peine évoquées. Nous ne relèverons que quelques discrets clins d’œil à l’histoire grecque du Mont Parnasse, lieu de résidence d’Apollon et des neufs muses.

Que celui qui souhaite assister à une séance se rassure : n’importe quel spectateur peut se retrouver dans un des univers pittoresques du Docteur Parnassus. Chacun fondera sa propre opinion sur ce film qui, je n’en doute pas, plaira à plus d’un. Tous les goûts sont dans la nature et dans son imaginaire.

Print Friendly, PDF & Email

4
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
julietteAlexandraAnais Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Anais
Invité
Anais

Je ne suis pas du tout d’accord avec la critique faite sur le film “L’imaginarium du docteur Parnassus”. En effet ce film se révèle vraiment suprenant après avoir vu la bande annonce, mais comme vous le dites si bien il laisse libre de l’interpretation! Pour ce qui est du voyage initiatique, oui il est là mais c’est loin d’être le plus interessant dans le film. Ce n’est pas un simple monde manicheen dans lequel il faut choisir,c’est le pouvoir de l’imagination et ce qu’on fait de cette imagination. C’est aussi la peur de faire des choix, de douter de ces choix qui sont constructifs pour notre être et notre vie. Il est vrai que ce film peut apparaitre comme une simple rixe entre le bien et le mal, mais il va au delà en proposant une critique assez sévère de la société d’aujourd’hui où l’on accorde plus autant d’importance à l’imagination, où l’on est déjà dans un schéma de divertissement duquel il est difficile de sortir. Ce film montre aussi l’adaptation et l’évolution des artistes. De plus, c’est un hymne aux acteurs et aux magiciens ambulants, les grands menteurs, mais pas si menteurs que ça finalement d’ailleurs on ne sait pas vraiment, car le personnage de Tony qui au départ n’est pas acteur, est en faite un véritable menteur et finalement joue un personnage pour ses partenaires et pour les spectateurs. Cela rend d’autant plus interessant le choix (certes forcé) de faire interpreter le rôle par plusieurs comediens, ce personnage à plusieurs visages, on a de plus en plus tendance à croire à un associé du diable.
Bon je m’arrêterai là mais je pense qu’il s’agit vraiment d’un film à aller voir et de se construire sa propre opinion, de plus comme vous le souligner l’esthétique est magnifique.

juliette
Invité

“Une bande annonce alléchante, un film prometteur et une déception à la clef.”
Je suis tout a fait d’accord, j’attendais beaucoup du dernier film avec notre regretté Heath Ledger,et pourtant, force est de constaté que ce n’est pas le chef d’oeuvre auquel je m’étais préparée.

[critique] L’Imaginarium Du Docteur Parnassus

4