Une semaine dans la vie professionnelle de Louise, ses entretiens, ses CV, sa mallette, ses tests, ses lettres de motivation, ses refus, ses doutes, son engagement.

Une semaine dans la vie personnelle de Louise, son ex-copain, son studio, ses courses, le copain de sa copine, son flirt, son dealer, sa solitude, son avortement.

Note de l’Auteur

[rating:4/10]

Date de sortie : 2009
Réalisé par
Film français
Avec , ,
Durée : 1h10min
Titre original : L’inattendue

Le jeune réalisateur Benoît Magne réalise son premier long-métrage, L’Inattendue, avec peu de moyens financiers et peu de temps. En effet, son tournage n’aura duré qu’une dizaine de jours. Ce film auto-produit est à l’image d’une société intégrée dans l’ère du numérique et des films à très faible coût. Il est toujours passionnant de visionner ces œuvres qui débordent généralement d’imagination. Malheureusement, une légère déception est au rendez-vous avec L’Inattendue.

Si quelques éléments dans ce film sont intéressants, aucuns ne permettent de hisser Benoît Magne au titre de « révélation ». L’Inattendue n’est ni excellent, ni mauvais, mais tout simplement peu convainquant. Le scénario ne nous saisit pas : la vie de Louise, le personnage principal, n’apporte aucun enjeu à ce film. Ce ne sont pas les quelques plans contemplatifs qui sauveront ce long-métrage du gouffre de l’ennui. De plus, le personnage de Louise est plus souvent agaçant que touchant. Quant aux acteurs, leur jeu est inégal. Claire Barrabes qui interprète Louise peut aussi bien se révéler saisissante que maladroite. Une direction d’acteurs qui manque donc de subtilité. Dommage, puisque le scénario repose uniquement sur la vie d’un de ses personnages.

Aussi le travail sur le son me laisse perplexe. De nombreux dialogues effectués dans la rue sont totalement inaudibles. Est-ce un choix de mise-en-scène, ou une incompétence technique liée au manque de matériel ?

On se répète qu’il s’agit d’un premier film réalisé rapidement. En ce sens, L’inattendue propose quelques séquences intéressantes. Notamment celle durant laquelle Louise évacue l’embryon qu’elle portait. La douleur nous saisit à notre tour. Le dégoût aussi. Il semble que tout le film, sombrant lui-même dans l’ennui, attendait cette séquence, quasiment centrale, qui sauve à elle seule le projet. Le procédé du film intimiste, avec ses cadres serrés, fonctionne pour cette scène difficile. Cependant L’Inattendue se repose trop souvent sur ce principe, et néglige scénario et mise-en-scène. Malgré quelques maladresses, le film ne paraît pas bâclé pour autant : la signature du réalisateur est belle et bien présente. Il a par ailleurs trouvé une place au Festival International du Film de São Paulo en 2010 dans la catégorie « nouveaux réalisateur ». Malheureusement, certains resteront relativement insensibles à ce film.

Vous pouvez visionner L’Inattendue gratuitement : inattendue.fr