Eric Bishop, postier à Manchester, traverse une mauvaise passe.
Sous son nez, ses deux beaux fils excellent dans des petits trafics en tous genres, sa fille lui reproche de ne pas être à la hauteur et sa vie sentimentale est un désert.

Malgré la joyeuse amitié et la bonne humeur de ses collègues postiers qui font tout pour lui redonner le sourire, rien n’y fait…

Un soir, Eric s’adresse à son idole qui, du poster sur le mur de sa chambre semble l’observer d’un oeil malicieux. Que ferait à sa place le plus grand joueur de Manchester United ?

Eric en est persuadé, le King Cantona peut l’aider à reprendre sa vie en mains…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 27 mai 2009
Réalisé par
Film britannique, français, italien, belge.
Avec , , Stephanie Bishop…
Durée: 1h 59min
Bande-Annonce:

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Ken Loach (réalisateur talentueux du Vent Se Lève qui a reçut la palme d’or en 2006 ou dernièrement de It’s A Free World) revient avec un nouveau film puissant, émouvant, l’un de ces petits bijoux britannique que l’on n’oublie pas.

Qu’on se le dise, sur le papier, Looking For Eric apparaît comme une comédie gentillette et bien non ! Le film alterne habilement, grâce à un sens de la mise en scène juste, sans fioriture, entre comédie et drame. Les premières minutes en témoignent avec une montée de la tension surprenante qui met d’emblée les idées claires aux spectateurs : on n’est pas là uniquement pour rire.

Certes on sourit face à ces dialogues savoureux « So British », ces situations burlesques hilarantes mais tout ceci n’est qu’un prétexte utilisé par Ken Loach pour faire passer des messages plus importants : notamment celui de la montée de la violence dans les banlieues britanniques qui ne cesse de faire parler d’elle ces dernières années mais aussi des sujets aussi sensibles que délicats comme l’éducation de la jeunesse, la naissance d’un enfant au sein d’un jeune couple ou encore Internet.

Alors Looking For Eric est-il une comédie ? Je répondrai oui mais pas que.

Looking For Eric est également l’occasion de retrouver la star du football outre-Atlantique, le plus anglais des français, j’ai nommé Monsieur Eric Cantona ! Celui-ci, grâce à un style et un charisme inimitable, nous offre une prestation, certes qui n’a rien d’exceptionnelle, honnête. Il joue parfaitement le jeu en nous offrant une parodie de lui-même avec son parlé « Franglais » qui en a marqué plus d’un et ses dictons, souvent grotesques, qui nous offrent de belles scènes d’anthologie.

Le film est également l’occasion de revoir des images d’archives du Dieu Cantona en pleine action pour le plus grand plaisir de ces fans d’hier et d’aujourd’hui.

Mais la véritable révélation du film n’est autre que son personnage principal : Steve Evets. Pour un premier rôle au cinéma, l’acteur âgé de 49 ans nous éblouit par la justesse de son interprétation, à la fois hilarante et dramatique, par cette prestance inexplicable qui contredit totalement son aspect fragile, rachitique.

A eux d’eux seulement, malgré de très bons seconds rôles, ils arrivent à donner tout son intérêt au film avec un mélange détonnant d’amitié et de fraternité.

En conclusion, Looking For Eric est une œuvre qui donne à réfléchir, qui séduit autant qu’elle inquiète. Le film n’a pas la même force que et ne pouvait remporter la palme d’or face à des concurrents tels qu’ d’Audiard ou d’Haneke mais il reste néanmoins très bon dans son genre. Un beau moment de vie et de cinéma.

3
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
YannickDendra Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
Dendra
Invité
Dendra

Très bon films! Comme dit dans la chroniques, de bons moments très amusants (operation cantona!) mais aussi des moments attachants.
Un personnage drôle et attachant, perdu au début du film qui finira par se trouver, en même temps, le film ne se serait pas appelé ‘looking for eric’ sinon. ^^

J’ignore ce qu’il donne en vf mais en vo il est vraiment très bon et c’est amusant de voir comment Cantona traduit certains de ces dictons. :)

Yannick
Invité

Pas encore vu mais c’est vrai que tout film se doit d’être vu en version originale :)

robert
Invité
robert

Looking for Eric (2009)
Film feel-bad à la Ken Loach (réalisateur) et feel-good à la Cantona (producteur) ?

On a essayé de nous vendre le film comme drôle.
Mais comment imaginer, ne serait-ce qu’un instant qu’un film de Ken Loach, puisse avoir la moindre trace de drôlerie ? C’est un contresens.
Le réalisateur demeure on ne peut plus sérieux.

A travers ses amères critiques sociales, il est trop persuadé qu’il fait dans du lourd, pour se laisser aller à la blague. C’est un procureur de son temps pour qui le cinéma est un art de la dénonciation nécessaire voire vital. Il est en mission, il n’a pas de temps à perdre. Faut pas rigoler !

En ce qui concerne l’humour, tout au plus, met-il en scène l’artifice d’une incarnation un peu décalée de l’ange gardien. Avec la complicité et l’appui du footballeur-producteur qu’il aurait été difficile de caser autrement. Mais cette apparente entorse au réalisme socio-politique reste essentiellement métaphorique et fondamentalement utilitariste.

Si là, la rédemption doit se faire par le football, c’est que ce sport est éminemment populaire. Il a actuellement le statut de congés payés manière 1936. Ce défoulement, cette émulation, cette ferveur, ils appartiennent avant tout au peuple, à ceux qui hurlent dans les stades ou devant la télé. Les autres sont priés de regagner leurs loges. Il n’y a aucun mépris en disant cela. C’est un constat d’évidence.

Et même si ses vedettes sont outrageusement payées, ce sport collectif est celui des prolétaires. Les grands footballeurs sont des dieux et de ce fait ce qu’ils gagnent n’a pas d’importance aux yeux des supporteurs.
Ce n’est pas la même tasse de thé pour les patrons quels qu’ils soient, car ils sont réputés être des exploiteurs et des voleurs chez les amis politiques du cinéaste. Mais ça c’est une autre histoire.

On retrouve ici cette ambiance front populaire, telle qu’elle a été idéalisée par les cinéastes de cette époque. La guinguette au bord de l’eau. La belle équipe sera la solution au gros problème posé par un gang. C’est joliment peint à la manière Renoir père et/ou fils.
C’est l’idéal de la solidarité fraternelle du clan des petits, des obscurs. Là où l’on rêve que l’union de la base fasse la force. Idéal fusionnel rarement concrétisé dans la vraie vie, mais qu’importe ici on est au cinéma.

Tout cela a pris un coup de vieux. Cette fascination pour la classe ouvrière ou ce qui s’en rapproche, est d’une autre époque. Il faudra expliquer à Ken Loach que ces catégories sont en train de disparaître. La production est délocalisée, la spécialisation augmente inévitablement. Il faut profiter de notre énorme capital en infrastructures, en savoirs, en bien-être. Il vaut mieux fabriquer des Airbus que de continuer à produire des tee-shirts basiques. Ou bien favoriser ce qu’on sait faire en Grande-Bretagne, comme la finance.
Ce dernier point qui tient du sacrilège pour la vieille gauche nécessitera un sérieux « bon en avant » mental.
Et pour toutes ces mutations, on compte plus sur les cols blancs que les cols bleus.
Eh oui le fond de commerce de la défense des supposés damnés de la terre, c’est plutôt une histoire du XIXè siècle. On a déjà donné. Bien sûr en cherchant bien dans le vivier des malheureux on trouvera bien encore quelques survivants…

Ken Loach est « désespérément » bon quand il s’agit de montrer les humbles, les sans grades à la dérive. Ceux à qui rien ne sourit, qui sont sans espoir, qui sont ballottés et qui s’enfoncent inexorablement dans le néant. Il s’y connaît en banlieues moroses, en sinistres lotissements ouvriers, en mauvais garçons alcoolisés, en petits écrasés. Cela en devient culpabilisant à souhait !
Pour tout cela Ken loach est vraiment un cinéaste très doué. Son réalisme est sincère et méticuleux. Les enchaînements sont bien réalisés. La prise de vue est parfaite. Les dialogues sont très bons. Cela fourmille de bonnes idées. Somme toute, il est vraiment efficace.

Ses acteurs sont très bons et rendent l’histoire vivante. On vit avec eux ces difficultés, ces espoirs, ces rechutes. Ce qui est en somme un chemin de croix ou un parcours initiatique, selon les obédiences.

Même si les personnages vont très loin parfois, ils restent assez nuancés. Il y a suffisamment d’indétermination pour que cela ne devienne pas ennuyeux. Les interactions entre les uns et les autres sont soignées. Visiblement Ken Loach sait se mettre à leur niveau.

Bien sûr on se doute depuis le début que l’ancien couple va se reformer et que ceux qui sont sortis du droit chemin vont le retrouver. Mais la façon d’y arriver conserve de bonnes surprises. Et vu la pression qu’on nous met d’emblée, nous avons absolument besoin d’un peu d’espérance dans ce film noir.

Là où cela pèche, c’est dans un certain manichéisme de ces histoires.

Même si c’est bien fait, cela tourne un peu en rond sur les mêmes thèmes. Ken Loach est doué mais il ne sait pas sortir des mêmes sujets de son système linéaire et quasi pédagogique. Comme on peut dire sans se tromper « c’est du Zola », on peut affirmer « c’est du Ken Loach ». Ou c’est les deux à la fois.
Comme il s’accroche ainsi, on peut déceler chez lui ce qui est le profond conservatisme d’une certaine gauche. Celle pour qui tout va trop vite et il importe avant tout de freiner.

Il y a presque un regret de la crasse, des usines malodorantes, de la vie dure. Mais cela dans une sorte de nostalgie à la Tati, en Solex à travers Manchester.
En tout cas, pour ce conteur, un regret de ne plus avoir autant de ces histoires simples et édifiantes que pouvaient engendrer cette époque pénible.

Les grands cinéastes eux remettent tout en cause à chaque fois. On rêverait que le réalisateur mette son talent au service d’analyses sociales plus en adéquation avec les évolution de son temps. Ou qu’il aille explorer d’autres sphères.

Cantona fait du coaching psychothérapique à coups d’obscurs aphorismes.
L’ésotérisme populaire de notre sentencieux Cantona n’est pas s’en rappeler celui de Van Damme, un grain de folie en moins.
L’acteur en joue bien sûr, au point que le personnage central qu’il doit secourir montre des moments d’exaspération. En pleine déprime ce n’est pas sûr que cela aide d’entendre des phrases sibyllines et définitives. Surtout quand elles sont plutôt destinées à motiver une joueur professionnel sur le terrain qu’un postier en désarroi. Et qu’au final elles ne prouvent pas grand-chose.
En terme religieux ce seraient des paraboles. En psychanalyse, on parlerait de surmoi.
Dans l’univers profondément de gauche du cinéaste, cela s’apparente aux slogans imagés du réalisme soviétique. De beaux chromos avec des héros le regard fixé sur les lendemains qui chantent.

Dans ce film souvent hagiographique, on sert outrageusement la soupe au devin-footballer. Pas question d’humilité : « je ne suis pas [juste] un homme, je suis Cantona ». Cela ressemble furieusement à un remake du fameux « … et je suis Picasso »

Rien de bien méchant puisque l’on s’en moque même un peu

Mais il faudrait faire attention tout de même que l’on ne porte pas aux nues ce populisme pseudo-philosophique. Pas question non plus que ces artistes apparemment inoffensifs ne se mettent pas à rêver tout haut d’avoir réellement un message à porter.
Le passé et même le présent, ont montré qu’au delà du sourire possible, il arrive parfois des inversions de valeurs qui peuvent devenir dangereuses.

Or le populisme actuellement est au corner. Pourvu qu’il ne marque pas un nouveau but.