Affiche du film MARTHA MARCY MAY MARLENE

Après avoir fui une secte et son charismatique leader, Martha tente de se reconstruire et de retrouver une vie normale. Elle cherche de l’aide auprès de sa sœur aînée, Lucy, et de son beau-frère avec qui elle n’avait plus de contacts, mais elle est incapable de leur avouer la vérité sur sa longue disparition. Martha est persuadée que son ancienne secte la pourchasse toujours. Les souvenirs qui la hantent se transforment alors en effrayante paranoïa et la frontière entre réalité et illusion se brouille peu à peu…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 29 février 2012
Réalisé par Sean Durkin
Film américain
Avec Elizabeth Olsen, John Hawkes, Sarah Paulson
Durée : 1h 41min
Titre original : Martha Marcy May Marlene
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Drame indépendant retraçant la complexité d’une vie passée dans une secte, Martha Marcy May Marlene est un excellent exercice de style dans lequel le réalisateur parvient à maîtriser son propos jusqu’au générique final.

Dès les premières secondes, Martha Marcy May Marlene plonge le spectateur dans une tension palpable sur chaque centimètre de pellicule. Martha quitte une communauté dans laquelle elle a évolué durant plus de deux années. Deux années qui auront changé à jamais sa conception du monde. Revenue à la réalité, elle trouve refuge chez sa sœur et son mari mais ses vieux démons ne cesseront de venir la chatouiller lorsque la sérénité tentera une incursion dans sa vie.

Photo (1) du film MARTHA MARCY MAY MARLENE

Sean Durkin parvient à plonger le spectateur dans un bain dérangeant d’émotions, nous confortant dans cette idée que l’être humain est d’une faiblesse souvent alarmante.

Alternant un présent se déroulant à la résidence secondaire de sa sœur et flashbacks où l’on en apprend un peu plus sur ces deux années passées au sein de la secte, la réalisateur Sean Durkin fait une part belle à une approche psychologique et ses déviances. Il rappelle par le biais de scènes de viol parfois très crues que l’assouvissement est une question de dominance. A la secte, Martha est dominée par son mentor alors que bizarrement elle apparaît très forte, très dominante avec sa sœur et son époux par moment. Elle est devenue ce qu’elle a fini par détester. Entre ses deux états, Martha apparaît comme un âme perdue voguant entre réalité et paranoïa, un être qui ne pourra plus jamais vivre sans la peur d’être retrouvée par ses bourreaux.

Ainsi donc, par la biais d’une mise en scène très sobre, d’un fond sonore rendant crescendo une tension permanente et d’une direction d’acteurs sans fausse note (Elizabeth Olsen et John Hawkes sont formidables chacun à leur manière), Sean Durkin parvient à plonger le spectateur dans un bain dérangeant d’émotions, nous confortant dans cette idée que l’être humain est d’une faiblesse souvent alarmante. Un drame qui prend le temps de se déguster un peu à la manière d’un bon film de Vincent Gallo.

Photo (2) du film MARTHA MARCY MAY MARLENE