Max, un garçon sensible et exubérant qui se sent incompris chez lui, s’évade là où se trouvent les maximonstres. Il atterrit sur une île où il rencontre de mystérieuses et étranges créatures, aux émotions sauvages et aux actions imprévisibles. Les maximonstres attendent désespérément un leader pour les guider, et Max rêve d’un royaume sur lequel régner. Lorsque Max est couronné roi, il promet de créer un monde où chacun trouvera le bonheur. Max découvre vite toutefois que régner sur un royaume n’est pas chose aisée et que ses relations avec les autres sont plus compliquées qu’il ne l’imaginait au départ…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]


Date de sortie : 16 décembre 2009
Réalisé par
Film américain
Avec , ,
Durée : 1h 40min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Chaque nouvelle réalisation de Spike Jonze fait figure d’un petit ovni cinématographique, n’en témoigne ses précédentes œuvres telles que et . Cette année 2009 marque son grand retour au cinéma après six années d’absences en tant que réalisateur. Pour ce faire, le réalisateur a opté pour l’adaptation du livre pour enfant de : Max Et Les Maximonstres. Alors si cette œuvre populaire fait l’unanimité dans les cercles littéraires, c’est loin d’être le cas sur grand écran.

Le scénario nous dévoile l’histoire de Max, un jeune garçon sans ami rongé par la solitude. Les courts moments de bonheur se suivent, se ressemblent et sont vite rattrapés par la tristesse, l’ennui et la colère. Pour parer à cette monotonie, Max choisit de faire de l’imaginaire sa seule raison de vivre et son meilleur ami, se coupant de la réalité pour s’adonner à son passe-temps favori : créer des histoires. Cette dimension onirique prend une telle ampleur dans sa vie qu’il finit par ne plus faire la différence entre la réalité et l’imaginaire, se déconnectant définitivement d’un monde qu’il ne comprend pas. C’est ainsi que commence son aventure après une dispute avec sa mère où il finit par fuguer. Il prend une vieille barque abandonnée, dérive quelques minutes puis… Bienvenue sur une île mystérieuse où habitent des êtres pour le moins surprenant.

Basculant totalement dans l’imaginaire, le film permet à Spike Jonze de s’en donner à cœur joie, tous les prétextes étant bons pour créer des situations délirantes non dénuées d’un certain charme auquel on adhère totalement. La mise en scène est habilement dirigée, les décors harmonieux, la bande originale entrainante et les effets spéciaux sur les maximonstres réussis de bout en bout. Même le jeune Max Records qui interprète Max est très crédible dans son rôle. On comprend ainsi qu’avec ce film, Spike Jonze, infantigable garnement, a réalisé un rêve de gosse. Le rêve que l’on avait tous gamin, celui de réinventer le monde à notre façon, se payant même le luxe de devenir roi avant même d’avoir perdu sa première dent. En ce sens, Max Et Les Maximonstres possède un capital sympathie inépuisable.

Malheureusement, à l’image de Max qui est sonné par le revers de la médaille, c’est ce même capital sympathie qui pourra se retourner contre son créateur. Le plus gros défaut de ce film est qu’il ressemble à une immense cour de récréation avec ses distractions, ses airs de jeux où tout le monde sautent partout en rigolant à gorge déployée pendant sa quasi-totalité. Du coup sa passe ou sa casse avec un spectateur qui est en droit d’en attendre un peu plus et qui trouvera le temps de plus en plus long s’il ne rentre pas complètement dans cet univers.

Au final, Max Et Les Maximonstres est un film en demi-teinte qui privilégie trop souvent la facilité au profit d’un aspect psychologique intéressant mais brièvement exploité. Le film n’en reste pas moins une belle aventure pour enfant, fidèle au livre d’origine.