« Bienvenue dans le monde merveilleux des affaires ». MERCI PATRON ! est aussi drôle que surprenant. Pourtant, à l’évocation de son synopsis sur fond de crise économique et de fracture sociale, rien ne laisser présager une telle mise en scène, digne des plus grandes comédies !
Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Bien décidé à « renouer le dialogue » entre les ex-salariés de LVMH  et son PDG, Bernard Arnault, notre petit groupe de contestataires va se heurter à la dure réalité.
Tout commence comme un reportage « classique », mais cela ne durera pas très longtemps… Arborant tee-shirt et camionnette à l’effigie de Bernard Arnault, François Ruffin sillonne le Nord de la France à la recherche de fervents défenseurs de ce dernier, et déjà les dialogues sont caustiques. Rapidement, le spectateur fait la connaissance de la famille Klur. Cette famille, en difficulté, qui ressemble à tant d’autres dans la région, est poignante mais jamais découragée. Avec sa caméra et sa petite équipe, François Ruffin expose les Klur et crée immédiatement l’empathie. Dès lors, il décide de plaider leur cause auprès du mastodonte LVMH. Mais devant l’échec essuyé de plein fouet à l’assemblée générale des actionnaires, MERCI PATRON ! prend une toute autre tournure et devient complètement jouissif.

Photo du film MERCI PATRON !

© Jour2fête

François Ruffin va alors prendre le problème autrement. Le sensationnalisme à l’assemblée générale des actionnaires, c’est has-been et surtout, ça ne fonctionne plus. Surprendre les hauts dirigeants lors de rencontres organisées avec nos élus ou lors d’événements sponsorisés… Et bien Michael Moore ou même Elise Lucet l’ont déjà fait. Alors c’est bien simple, tout va se passer à l’abri des regards indiscrets, et pour notre plus grand plaisir ! Le journaliste de Fakir va manipuler sans aucune pitié tous ceux qui s’intéresseront de près ou de loin à la famille Klur. Et dans l’articulation des événements, les rebondissements, le montage est parfaitement ficelé transformant le spectateur en un malin complice. Ainsi, chaque acte devient plus hilarant que le précédent. Finalement, François Ruffin met littéralement en scène sa pièce de théâtre grandeur nature tout en dressant un état des lieux peu flatteur des élites françaises. En effet, on assiste, dans ce Commedia dell’arte 2016, à une succession de rencontres et de personnages aussi improbables que caricaturaux.

« Plus qu’un documentaire, MERCI PATRON ! est une sincère aventure dans laquelle François Ruffin nous rend complice de ses fourberies. »

Car il est surtout question de dénonciation, mais par le biais de l’humour et du ridicule. MERCI PATRON ! propose une réflexion sociale, sociétale et économique à travers une situation bien particulière, c’est sans doute la force du long métrage. MERCI PATRON ! est représentatif de la manière dont est organisé l’économie de marché et surtout, comment on fabrique de la politique… Chacun y apportera sa vision et c’est le but du long métrage. François Ruffin insuffle également de la nuance dans son documentaire, grâce à la Famille Klur qui ne demande pas plus qu’un salaire régulier pour subvenir à ses besoins : il n’est nullement question de renverser le « système ».
Pour faire le parallèle avec le cinéma social français, on peut citer Vincent Lindon qui portait sur lui presque toute la misère sociale dans La loi du marché de Stéphane Brizé. Ici, François Ruffin vient l’exorciser avec brio, appuyé d’un sens de l’humour parfaitement aiguisé. Et puis, MERCI PATRON !, c’est une preuve de plus qu’un combat mérite d’être mené jusqu’au bout, peu importe le rapport de force.

Véritable proposition de divertissement intelligent, MERCI PATRON ! use des codes de la comédie et se révèle particulièrement efficace sur ce registre. Dénoncer avec autant d’ironie, provoquer le débat et les discussions, c’est sans doute l’objectif premier. Ni misérabiliste, ni manichéen, François Ruffin frappe terriblement juste. Plus qu’un documentaire, MERCI PATRON ! est une sincère aventure dans laquelle François Ruffin nous rend complice de ses fourberies. Il serait dommage de passer à côté.

Sofiane

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?

INFORMATIONS

Affiche du film MERCI PATRON !


Titre original : Merci Patron !
Réalisation : François Ruffin
Scénario : François Ruffin
Pays d’origine : France
Sortie : 24 février 2016
Durée : 1h24 min
Distributeur : Jour2fête
Synopsis : Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d’ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault. Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ? Du suspense, de l’émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picards réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l’homme le plus riche de France ?

BANDE ANNONCE