A LIRE EGALEMENT : NOTRE CONTRE-CRITIQUE DE MIA MADRE

Après être reparti bredouille lors de sa dernière sélection au plus prestigieux des festivals, Nanni Moretti délaisse à nouveau ses incursions politiques et revient à un cinéma plus intime et personnel avec ce MIA MADRE, dont l’engouement critique et quasi-unanime qu’il a reçu sur la croisette le présente comme un sérieux candidat à la récompense suprême, en plus d’avoir fait soi-disant verser les premières larmes de la compétition. Ce nouveau cru 2015 de l’Italien s’est finalement offert à nous également. Que vaut-il réellement ?

Nanni Moretti a écrit son film pour une femme qui se retrouve dans la situation que lui-même a du affronter, selon ses propres dires, lors du tournage de son Habemus Papam. S’offrant un rôle élégant et discret, son personnage se nomme tout simplement Giovanni, son véritable prénom. Un film extrêmement personnel donc, car quasi autobiographique, mais également d’une intelligence rare. Car Moretti n’oublie pas de faire de son script un beau moment de cinéma, là où on l’on aurait pu craindre un récit trop autocentré et austère, un peu à la manière du dernier Michael Haneke, Amour. Le film est construit autour de deux parties de la vie de Margherita (Margherita Buy), réalisatrice aux prises avec son nouveau film : professionnelle et intime. Ce concept très simple et modeste fonctionne à merveille, permettant à son auteur d’alterner des séquences s’opposant mutuellement sur le terrain de l’émotion et par conséquent d’éviter le piège de l’ennui.

url3

© Le Pacte

Lorsque Margherita est au travail, elle doit gérer assez difficilement une équipe technique et surtout un acteur principal complètement exubérant. C’est John Turturro qui l’incarne, au cours d’un cabotinage mémorable. Ce tournage passionnant, car révélant beaucoup de l’envers d’un décor de cinéma, nous est présenté comme un joyeux foutoir. Difficile de ne pas penser au cinéma de Roberto Benigni devant ces débordements et cette exubérance, mais aussi à celui de Federico Fellini (cité au passage par Turturro), face aux rêveries de Margherita parsemant le récit alors qu’elle perd de son autorité, de ses certitudes. De plus, la mise en abîme nous renvoie directement aux œuvres les plus marquantes du monstre sacré réalisateur (nous sommes tout près de son Huit et Demi et donc de celui de Moretti avec ce MIA MADRE). Puis, lorsque Margherita achève une nouvelle journée de tournage mouvementée (on rit de plus en plus devant l’inventivité et l’absurdité crescendo des situations), c’est pour passer du temps auprès de sa mère, hospitalisée, dont l’état physique et mental se révèle décadent. Ébranlée par cette épreuve tout comme son frère, Margherita s’efforce de la surmonter tant bien que mal, d’autant plus après l’arrivée de sa jeune fille.

“Extrêmement personnel, le film nous séduit par sa modestie et sa justesse, tout en s’avérant étonnamment drôle.”

En ce sens, MIA MADRE nous surprend radicalement là où on ne l’attendait pas, en s’imposant telle une véritable comédie dramatique. Le comique du film prêtant à nous faire sourire au début, laisse progressivement la place à de francs éclats de rire, tout comme l’émotion de plus en plus poignante pouvant faire céder quelques larmes, selon le profil du spectateur. Nanni Moretti filme tout cela avec une certaine justesse, ainsi que beaucoup de pudeur et de retenue, ne cherchant aucunement à être démonstratif. Il réussit le tour de force de ressusciter la grande comédie dramatique à l’italienne, celle qui sévissait durant l’époque bénie de l’âge d’or du cinéma Italien.

MIA MADRE est présenté en sélection officielle – en compétition, au festival de Cannes édition 2015.

LES SORTIES DU 2 DÉCEMBRE 2015

LE PONT DES ESPIONS, BABYSITTING 2, MIA MADRE, MARGUERITE ET JULIEN, LE PROPHETE, THE THING (Carpenter, 1982) …

INFORMATIONS


+ CRITIQUE
+ CONTRE-CRITIQUE
+ CANNES 2015: la sélection officielle

Titre original : Mia Madre
Réalisation : Nanni Moretti
• Scénario : Nanni Moretti, Francesco Piccolo, Valia Santella
• Acteurs principaux : Margherita Buy, John Turturro, Nanni Moretti
• Pays d’origine : Italien
• Date de sortie : 2 décembre 2015
• Durée : 1h47min
• Distributeur : Le Pacte
• Synopsis : Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

BANDE-ANNONCE

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

[CRITIQUE] MIA MADRE

0