Deuxième épisode de la trilogie Millénium…

Note de l’Auteur

[rating:3/10]


Date de sortie : 30 juin 2010
Réalisé par Daniel Alfredson
Film suédois
Avec Michael Nyqvist, Noomi Rapace, Lena Endre
Durée : 2h 15min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Après l’agréable surprise du premier Millénium qui, bien que bénéficiant d’une mise en scène digne d’un téléfilm, arrivait à sortir son épingle du jeu grâce à un engrenage scénaristique bien ficelé qui arrivait à nous tenir en haleine jusqu’au dénouement final, vient maintenant le tour de sa suite. Restait maintenant à savoir si ce second épisode de la trilogie Millénium allait continuer sur cette même lancée. ATTENTION ! N’ayant malheureusement pas eu le temps de lire le roman de Stieg Larsson, la critique qui va suivre ne sera basée que sur le film en lui-même.

Et bien après visionnage, la surprise est de taille mais dans le mauvais sens du terme. Le scénario reprend un an après la fin du premier volet et l’on retrouve donc la plupart des anciens protagonistes récurrents de Millénium. Les spectateurs qui n’ont plus le premier épisode en tête se retrouveront vite perdu car le réalisateur ne prend pas la peine de nous remémorer les éléments clés de l’intrigue. Bonne ou mauvaise chose à vous de décider mais il ne s’agit pas du plus critiquable. Non, là où le bât blesse c’est une nouvelle fois dans la mise en scène et dans cette façon très particulière de filmer. Si dans le premier on se croyait dans un téléfilm de M6, c’est désormais sur France 2 avec Inspecteur Derrick que Millénium nous donne rendez-vous (peut-être que le troisième sera plus orienté TF1 qui sait). Choix très discutable qui confère une étrange lourdeur soporifique à un ensemble qui peine à trouver ses marques.

Fouillis, quelque peu brouillon, il faudra bien attendre 45 minutes de pellicule avant de rentrer dans l’intrigue. Alors, on pourra toujours nous baratiner avec cette volonté de crescendo mais il y a des limites à ne pas dépasser. Qui dit crescendo ne dit pas forcément vide abyssal pendant la première moitié du film. En revanche, il faut bien reconnaître qu’une fois cette première partie désastreuse passée, Millénium deuxième du nom gagne tout son intérêt et gagne en maturité. Bien étrange que cette impression tenace que deux réalisateurs ont opéré sur ce film.

Côté acteurs, nous retrouvons le même problème que dans le premier : hormis les deux principaux (Michael Nyqvist et la magnétique Noomi Rapace), les seconds rôles sont très en dessous de ce que l’on peut attendre d’eux et manquent bien souvent de crédibilité. Résultat, on a bien du mal à adhérer à 100% devant un ensemble aussi mitigé.

Au final, pourtant suite directe du premier Millénium, ce second volet paraît à des années lumières de son très réussi aîné. Disloqué et inégal Millénium 2 aurait mieux fait de ne pas être tourné dans la foulée du premier et aurait eu tout à gagner de prendre un peu son temps et de se remettre en question. Car bien loin d’égaler son aîné, il pourra, malheureusement, à lui seul remettre en cause la légitimité d’un troisième épisode qui pourrait bien ne pas sortir sur nos écrans et atterrir directement dans nos linéaires ou ne pas sortir du tout. Espérons que l’équipe du film se ressaisisse le plus vite possible pour rectifier le tir à temps.