L

e charme du cinéma scandinave repose en grande partie sur ses langues, sans doute parce que ces dernières ont évolué pour raconter des histoires, les fameuses sagas. C’est la musique mystérieuse du danois qui m’avait par exemple fait entrer dans le très bon A Royal Affair avec le gigantesque Mads Mikkelsen et la sublime Alicia Vikander. Dans un style plus proche de MISÉRICORDE, on ne présente plus le glaçant Millenium auquel le suédois se prête merveilleusement et qui a offert à Michael Nyqvist et Noomi Rapace des carrières internationales. « Proche » est d’ailleurs un euphémisme puisqu’on retrouve dans l’équipe de MISÉRICORDE le scénariste de Millenium ainsi que son chef op. À croire que la Scandinavie jouit d’une ambiance propice au crime et que, sans savoir l’expliquer, ces contrées glacées dégagent continuellement l’impression d’une sourde violence, la faute aux vikings. Quoiqu’il en soit, on s’installe bien vite dans ce polar adapté des Enquêtes du Département V, suite de romans à succès danoise de Jussi Adler-Olsen et porté à l’écran par , un des réalisateurs de la captivante série Borgen : une femme au pouvoir.

© Wild Bunch Distribution 4

– © Wild Bunch Distribution

On fait ici la connaissance de l’inspecteur Carl Mørck, un flic totalement obsédé par son travail dont la propension à agir instinctivement coûte la vie à son partenaire et paralyse son meilleur ami lors d’une affaire qui tourne mal. Mørck est alors envoyé à fond de cale – aux archives – dans le département V. Là, il se voit imposer Assad, un jeune policier d’origine syrienne, avec lequel il doit compiler, répertorier et trier toutes les affaires criminelles des vingts dernières années. Rapidement, les deux policiers tiquent sur les incohérences d’une enquête d’il y a cinq ans et décident, contre leur hiérarchie, de rouvrir le dossier.

Nikolaj Lie Kaas, qu’on avait découvert en France avec Les Bouchers Verts – toujours avec Mads Mikkelsen – campe ici un Mørck sombre et résigné. Son personnage est d’ailleurs assez semblable au John Constantine de DC Comics, tant psychologiquement que physiquement, et aussi désagréable que Keanu Reeves dans l’adaptation de 2005. Culpabilité, tentative de sauver la face et incompressible énergie du désespoir sont au menu d’une performance, il faut le reconnaître, d’une grande justesse. Sans trop en faire, le comédien Fares Fares apporte, avec Assad, la petite bouffée d’air frais positive nécessaire pour contrebalancer la noirceur de son patron et s’avère, à bien des égards, un atout utile dans l’avancement de l’enquête. Sonja Richter achève ce casting rigoureux avec un personnage éprouvant au travers duquel elle rayonne.

”MISÉRICORDE n’est pas neuf, mais de bonne fabrication.”

Des comédiens justes, un livre à succès type Cold Case et en danois, une ambiance pesante où tout semble aller à l’encontre des policiers, MISÉRICORDE n’est pas neuf mais de bonne fabrication. Quoiqu’un peu court. Certains procédés de montage ont en outre tendance à accélérer la narration perturbant légèrement le rythme de l’histoire. On a tout de même avec MISÉRICORDE un film qui fonctionne, bien qu’il fasse malheureusement trop penser, la faute au livre, au Old Boy de Chan-Wook Park.

MISÉRICORDE est disponible en VOD depuis le 27 mars 2015
PROFANATION
sera à l’affiche à partir du 8 avril 2015

 

Les autres sorties du 8 avril 2015

POURQUOI J’AI PAS MANGÉ MON PÈRE, THE HUMBLING, LOST RIVERJAMAIS DE LA VIECLOCHETTE, CAKE, L’ASTRAGALE, DARK PLACES, HISTOIRE DE JUDAS, LEOPARDI, etc
INFORMATIONS

© Wild Bunch Distribution



CRITIQUE : MISÉRICORDE
CRITIQUE : PROFANATION

Titre original :
Réalisation : Mikkel Norgaard
Scénario :
Acteurs principaux : Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares, ,
Pays d’origine : Danemark, Allemagne, Suède
Sortie : 27 mars 2015 – en VOD
Durée : 1h37min
Distributeur : Wild Bunch
Synopsis : Après une bavure qui coûte la vie à l’un de ses collègues et laisse son meilleur ami paralysé, l’inspecteur Carl Mørck a presque tout perdu. Mis sur la touche, privé du droit d’enquêter, il est chargé d’archiver les vieux dossiers du commissariat avec Hafez el Assad, l’assistant d’origine syrienne qui lui est imposé. Mais très vite, les deux policiers désobéissent à leur supérieur et rouvrent une enquête jamais résolue, la disparition mystérieuse d’une jeune politicienne prometteuse survenue cinq ans auparavant.  C’est la naissance du Département V et sa première enquête…

BANDE-ANNONCE