L

a comédie musicale est vraiment un genre particulier dans l’industrie du cinéma. Car en plus d’être un rendez-vous annuel assez bien rôdé (Rock Forever en 2012, Inside Llewyn Davis en 2013), elle a beau nous ressortir les mêmes thèmes à outrance, on en ressortira toujours le sourire aux lèvres. En plus d’être un excellent feel good movie peut se targuer de faire des choix audacieux. D’une part en choisissant une actrice non versée dans l’art du chant, d’autre part en se permettant un leitmotiv scénaristique où chaque sentiment sera transformée en chanson. , qui avait déjà mis le pied à l’étrier avec quelques années plus tôt, récidive en choisissant un point de vue plus divertissant que son précédent essai qui tendait vers un réalisme ayant tendance à ralentir son fil directeur.

En construisant sa romance autour de la ville de New York, Carney n’évite pas le cliché de l’artiste cherchant à croquer sa part de la Big Apple avant de s’y casser les dents. Ô combien éculé, ce personnage purement folk incarné par une solaire va tout de même parvenir à se détacher du scénario pour le moins insipide grâce aux paroles. Cependant, le cinéaste-musicien ne cherche pas à faire vivre ses personnages à travers la musique car toutes les chansons ont été écrites à l’issue du scénario. Comment se fait-il alors que ça ne soit que dans les scènes mélodiques que le film trouve de l’intérêt ? Carney aurait-il perdu son pari ? Pas tant que ça car si Gretta trouve sa place dans les scènes musicales, Dan () contrebalance le reste du temps dans l’aspect comique. La notion de comédie musicale prend alors tout son sens lorsque les deux personnages sont réunis à l’écran, chacun transportant son lot de peines sentimentales et cherchant une épaule sur laquelle s’appuyer pour avancer.

New York Melody

© STUDIO CANAL

Avec une liste de seconds rôles intéressants, Carney parvient à dépeindre en filigrane les fondations brinquebalantes de l’industrie musicale actuelle, capable de détruire la plus belle des chansons en la remixant de manière à ce qu’elle corresponde aux standards du moment. La promesse d’une célébrité plus ou moins longue résonne donc constamment aux oreilles de Gretta, moitié d’une future rock star au tout début du film. Ce couple, pourtant en osmose parfaite (il chante, elle écrit), va se désagréger au fur et à mesure que la tentation de devenir célèbre, quitte à y perdre son authenticité, va s’emparer de l’un d’eux. Cette critique franche bien qu’inoffensive du médium apporte un peu de vent frais dans le genre souvent cantonné à la niaiserie des beaux sentiments.

”La notion de comédie musicale prend alors tout son sens lorsque les deux personnages sont réunis à l’écran[…]”

L’humour savamment dosé, les compositions impeccables, la bande originale de qualité ainsi que le plaisir incommensurable de découvrir autrement New York prennent le pas sur les défauts inhérents au genre (passages obligés, personnages caricaturaux, guest star inutile en la personne d’,…) ainsi que la mauvaise orchestration entre sentimentalisme et sensation. Pourtant, au détour de certaines scènes, le frisson musical vous fera certainement soulever les poils des avant bras. A moins que ça ne soit le charme juvénile de la talentueuse Keira Knightley

CASTING
Titre original :
Réalisation : John Carney
Scénario : John Carney
Acteurs principaux : Keira Knightley, Mark Ruffalo, ,
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 30 JUILLET 2014
Durée : 1h44mn
Distributeur :
Synopsis : Gretta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse.
Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie,… Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique… Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons…
BANDE-ANNONCE