Affiche du film NICOSTRATOS LE PÉLICAN

Yannis a 14 ans et vit sur une petite île grecque qui a su demeurer sauvage. Depuis la mort de sa mère, la relation qui l’unit avec son père, Démosthène, s’est durcie. Lors d’un voyage à Athènes, il sauve d’une mort probable un jeune pélican du nom de Nicostratos. Contraint de l’élever en cachette pour soustraire à la colère paternelle, Yannis devient bien malgré lui une vedette dans son île qui se trouve transformée par le tourisme grâce à ce magnifique pélican blanc, le plus grand oiseau d’Europe ! C’est un été unique, celui dont on se souvient tout le reste de sa vie. Yannis y découvrira l’amour que son père lui porte et qu’il n’avait jamais su lui témoigner.

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 29 juin 2011
Réalisé par Olivier Horlait
Film français
Avec Emir Kusturica, Thibault Le Guellec, François-Xavier Demaison
Durée : 1h 35min
Titre original : Nicostratos Le Pélican
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Prenant place sur une île grecque, Nicostratos offre une photographie chaude et colorée qui nous fait penser que malgré la crise, la Grèce reste l’un des plus beaux pays de l’Europe. Les paysages font rêver, la pellicule sent bon les vacances, les habitants sont chaleureux, l’ambiance festive y est abondante, l’art culinaire grecque coule à flot, etcétéra, etcétéra. C’est au cœur de ce paradis perdu que naîtra une délicieuse histoire pleine d’affection et de tendresse réciproques entre un enfant et un pélican.

Car il faut bien l’avouer, si la pellicule laisse rêver, c’est avant tout pour le pélican que l’on posera les yeux sur ce film. Déjà pour voir cette idée innovante jamais exploitée à ma connaissance au cinéma et puis pour admirer le travail de dressage effectuer sur un animal si peu commun. Le résultat ne se fera pas attendre et malgré un démarrage plus que décevant avec l’utilisation d’un robot animé, Nicostratos reste un animal d’une affection sans faille. Chacune de ses apparitions fera fondre le cœur du plus rustre des hommes. Ne parlons pas des enfants qui auront les mirettes grandes ouvertes durant la projection.

Photo (1) du film NICOSTRATOS LE PÉLICAN

[pullquote]Une comédie dramatique, certes pas mémorable, mais qui remplit parfaitement son rôle de divertissement familial.[/pullquote]

Dès lors, les faiblesses d’un scénario exploitant clairement le filon du petit film sans prétention pour les vacances d’été, le côté surjoué de certains jeunes acteurs, le manque de profondeur seront balayés par chaque plan mettant en scène le pélican. C’est simple, on redevient des enfants s’extasiant idiotement devant un animal que l’on aurait envie de chouchouter à outrance. A cela s’ajoute un Emir Kusturica foisonnant d’émotion et plus décalé que jamais qui nous fait regretter l’absence de réalisation de sa part depuis quelques années (sans doute était-il lassé des commentaires désobligeants suite à Promets-Moi et son documentaire sur Maradona).

En découle une comédie dramatique certes pas mémorable mais qui remplit parfaitement son rôle de divertissement familial. C’est amplement suffisant pour en garder un agréable souvenir.

Photo (2) du film NICOSTRATOS LE PÉLICAN