La communication est la clé pour la survie de neuf étrangers qui on été enlevés par un étrange homme armé et masqué. Toutes les dix minutes, un d’entre eux mourra s’ils ne découvrent pas leur point commun. Trouveront-ils les connexions qui les relient entre eux avant que le temps ne s’écoule ? Qui des neuf survivra ?

Note de l’Auteur

[rating:2/10]


Date de sortie : En DVD et BLU-RAY depuis le 15 juin 2010
Réalisé par
Film américain
Avec , ,
Durée : 1h 38min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Ne tournons pas éternellement autour du pot, est mauvais, peut-être pas sur toute la ligne, mais au final on a plus l’impression d’avoir perdu notre temps que d’avoir assisté à un bon divertissement. La faute à qui ? La faute à quoi ? Simplement à un manque cruel d’ambition des scénaristes qui nous embarquent dans un déluge de stéréotypes tous plus improbables les uns que les autres.

Avec sa mise en scène digne d’une mauvaise série télévisée et ses acteurs tout droit sortis d’un soap opéra ringard des années 70 (à l’époque ça pouvait faire son petit effet, au vingt-et-unième siècle certainement pas), Nine Dead pouvait prétendre susciter l’attention des fans du genre avec un scénario déjà-vu mais intéressant s’il était bien ficelé. Ce thriller en huis clos nous emmène sur les traces de neufs personnes kidnappées et regroupées dans une pièce par un étrange homme masqué. Le concept est simple, ces personnes devront trouver leur point commun et tant que ce ne saura pas chose faite, le tueur reviendra toutes les dix minutes exécuter l’une d’entre elles au hasard.

La tension est à son paroxysme, le spectateur, désireux de connaître le dénouement de cette intrigue palpitante, est accroché à son fauteuil et n’ose cligner des yeux sous peine de perdre le fil conducteur de cette trame narrative parfaite, la sueur perle sur son front, il ne tient plus en place, il crie d’horreur et d’impatience et… Oups pardon je pensais à un autre film. Veuillez me pardonner cette petite incartade.

Si l’intrigue de Nine Dead semble la seule chose à pouvoir être sauvée de la corbeille, cette dernière s’avère être d’un misérabilisme inconcevable. Les scénaristes nous amène petit à petit vers la lumière du savoir pour au final nous servir un dénouement ridicule. Le cœur n’y est plus et même l’envie de rire de ce ratage en beauté s’est évaporée. Nine Dead, un Direct-To-DVD qui ne mérite qu’une seule chose : être oublié au plus vite.