Andreas est parachuté dans une ville étrange. Il ignore comment il est arrivé là. On lui remet un emploi, un appartement et même une femme. Mais très vite, il s’aperçoit que quelque chose cloche.
Tentant de s’enfuir, il découvre que la ville est sans issue. Il rencontre Hugo qui de son côté, a découvert dans un mur de sa cave, un trou dont s’échappent de merveilleux sons. Peut-être l’entrée d’un ‘autre monde’ ? Ils mettent alors au point un plan d’évasion.

Note de l’Auteur

[rating:9/10]

Date de sortie : 28 mars 2007
Réalisé par Jens Lien
Film norvégien, islandais
Avec Trond Fausa Aurvaag, Petronella Barker, Per Schaaning
Durée : 1h35min
Titre original : Den Brysommen Mannen
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Nous désirons que le cinéma nous ouvre une porte sur le monde de l’inexplicable.’ Carl Théodor Dreyer.
Quête, mémoire, rêve – prospection, rétrospection, introspection – permettront d’élaborer la matrice substantielle du film, Jens Lien ne se privera pas d’échafauder – le terme n’est pas galvaudé !- un lacis émotionnel intense – l’épigraphe du fougueux baiser entonne l’hymne ‘affectif’ – sans cesse rudoyé par les contrées inhospitalières de la nature humaine, à la lisière d’une métaphore kafkaïenne – oserai-je instituer Andreas (Trond Fausa Aurvaag) de Père Ubu des Temps Modernes…

D’inspiration leonienne – le plan du train entrant en gare dans ‘Il Était une Fois dans l’Ouest’ (cela ne vous évoque-t-il rien d’autre amis cinéphiles ?) pour ensuite ouvrir sur l’infinité de l’horizon, Homme voici ce qu’il te reste à conquérir ! – l’arrivée d’Andreas au village étrange plante le décor, le plan large en caméra subjective induit cette ultérieure quête graalesque du héros.
La maîtrise visuelle du réalisateur est dévoilée dans ce simple plan, le cadrage est minutieux, l’intensité atteint son paroxysme.

Immergé dans un Monde apocalyptiquement aseptisé, mécanique, indolore et inodore – allégorie eschatologique – Andreas campe ce personnage confronté au cloaque avilissant de la société consumériste, non dénué d’une certaine ironie (comédie noire) typiquement scandinave – l’épisode du mort-vivant déambulant dans la rue est grinçant !
Pour transposer cette blafarde sinistrose, la palette des couleurs est délibérément désaturée, fort proche de la photographie kaurismakienne par de nombreux aspects.

Voyage initiatique en Terre Etrangère – la prospection d’Andreas est à ce point subliminale que le but semble inatteignable – cette lutte pour atteindre la lumière (ce Tempus Fugit incandescent !), ce combat pour renaitre de sa mort métaphysique, cette croisade pour percer l’enceinte rocailleuse de la ‘prison’ deviennent salutaires pour Andreas – la Vie en est à ce prix.
Les nappes mélodiques d’Edvard Grieg embaument de leurs effluves mi-métalliques, mi-lunaires, une atmosphère ankylosée de moiteur, chaque note fusionnant avec chaque tableau peint par Jens Lien – de l’orfèvrerie helvétique !

Récompensé du Prix ACID au Festival de Cannes en 2006, ce Nor-way of Life fustige – sans aucune fioriture – un mode de vie instauré par le modèle occidental du consumérisme. Jens Lien s’arc-boute sur l’essence même de la Nature Humaine, ses travers, sa précarité, sa vulnérabilité, en prenant soin de ne pas s’égarer dans la caricature excessive.
L’Homme, pour se sauver, ne doit compter que sur un seul être, lui-même !

Print Friendly, PDF & Email

5
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
4 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Rady ChedaAlbert AlvarezVincentDom Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Dom
Invité

Un très bon film, relativement difficile d’accès par son rythme et son thème. A déconseiller en période de déprime ou par temps de pluie !

Par contre, le titre originale est Den Brysomme Mannen (soit L’homme ennuyeux, il me semble, enfin, quelque chose de proche).

Albert Alvarez
Invité

Un très bon film, relativement difficile d’accès par son rythme et son thème. A déconseiller en période de déprime ou par temps de pluie !
+1

Dom
Invité

@Vincent : Merci pour tes conseils, encore deux films que je ne connais pas.

[critique] Norway Of Life

5