Alors que la ville de Lake Victoria s’apprête à recevoir des milliers d’étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré… La journée va être d’autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls !

Note de l’Auteur

[rating:8/10]


Date de sortie : 1 septembre 2010
Réalisé par
Film américain
Avec , , Jerry O’Connell
Durée : 1h 29
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Il y a quelques années, un monsieur dont absolument personne ne connaît le nom () inventait un genre qui laissait une trace ineffaçable dans l’esprit des spectateurs avec : le film d’été, production érigée dans le seul but de détendre les foules durant une période estivale. 35 ans après la recette est toujours miraculeuse et ne cesse de donner naissance à des productions plus ou moins réussies. Ainsi donc, cet été 2010 n’échappe pas à cette règle d’or puisque c’est au tour d’Alexandre Aja, jeune réalisateur prometteur rendu célèbre dans le milieu de l’horreur avec et l’excellentissime remake de La Colline A Des Yeux, de revenir sur nos écrans avec un nouveau remake à son compteur : . Bon oui le film sort le 1er septembre (merci les distributeurs !) mais on va faire comme s’il était sorti un jour de pleine canicule. Une chose est néanmoins sûre, les amateurs de beefsteak saignant en auront pour leur argent.

Film parodique d’une génération passée, Piranha 3D est aussi jouissif qu’on aurait pu le penser au premier abord. S’installant en plein milieu des Spring Break (mais si vous savez ces fêtes où des foules d’étudiants ricains se lâchent enfin), ce film d’épouvante ne tarde pas à dévoiler autre chose que des morceaux de viande arrachés. Boobs, paires de fesses et ventres plats seront de la partie au rythme des sons techno du moment. Pour vous mesdames, ne vous inquiétez pas, Alexandre Aja n’a pas fait les choses à moitié et en a mis pour tous les goûts. Dès lors, on comprend vite une chose, avec ce film, le réalisateur a réveillé le sale môme qui sommeillait en lui et s’est fait plaisir. Un plaisir bien évidemment communicatif.

Mais bon, comme un film d’horreur ne peut se résumer qu’à une bande de filles topless ou carrément nues (sisi je vous assure !), qu’en est-il de ces fameux déchiqueteurs de chairs fraiches ? Et bien le spectacle est de toute beauté ! Réussissant à merveille ce dosage tant délicat de l’humour et du gore, Aja nous entraine dans un crescendo monstrueux dont le final sentira bon la barbaque en décomposition. Eviscération, démembrements, courses effrénées bien que les piranhas nagent bien plus vite que nous pauvres humains, le spectacle est de taille et ce n’est pas les effets d’une rare qualité pour ce genre de métrage qui viendront gâcher notre plaisir.

Au final, Piranha 3D est peut-être le divertissement le mieux abouti qualitativement parlant. Tout en s’amusant, Alexandre Aja impose sa patte artistique et nous prouve qu’il a tout d’un très grand en devenir. Piranha 3D : une folie jouissive qui n’est pas sans rappeler un certain dont une scène est largement inspirée. Les amateurs apprécieront, les aficionados applaudiront.