Dans cette histoire pleine d’action, où vérité, trahison, jeunesse éternelle et mort forment un cocktail explosif, le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu’il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d’amour ou cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules qui cherche à l’utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu’elle l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu’il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé…

Note de l’Auteur

[rating:5/10]

Date de sortie : 18 mai 2011
Réalisé par
Film américain
Avec Johnny Depp, Penelope Cruz, , , Astrid Berges Frisbey
Durée : 2h20min
Titre original : Pirates of the Caribbean : On Stranger Tides
Bande-Annonce :

Adapté d’une fameuse attraction du parc Disneyland, la saga Pirates des Caraïbes arrive à son 4e opus avec La Fontaine de Jouvence. Début d’une nouvelle saga, ce film voit disparaitre certains personnages (ceux interprétés par et ) et le réalisateur , dernièrement responsable du sympathique , laisse sa place à Rob Marshall, réalisateur de ou encore de .

On retrouve ici un Johnny Depp très à l’aise dans le rôle du pirate Jack Sparrow qui cabotine à tout va et dont le personnage porte une bonne partie du film et un Ian McShane en Barbe-Noire inquiétant et fourbe très efficace, que je n’avais pas revu depuis sa prestation dans l’excellente série Deadwood. Malheureusement, le reste du casting est plutôt fade : de Penelope Cruz à la française Astrid Berges Frisbey, récemment apparue dans La Fille du Puisatier de Daniel Auteuil, surjouent et sont un peu trop monotones. Et même Geoffrey Rush fait un service minimum.

La faute à ce cast effacé ou aux choix de réalisation de la part de Rob Marshall, ce film est affreusement long : une bonne demi-heure de moins aurait donné un rythme plus vif à l’ensemble (notamment dans la première moitié). L’humour du film reste valable, malgré quelques séquences qui tombent à plat. Visuellement et musicalement, – La Fontaine De Jouvence est en revanche bien maitrisé même si la 3D est comme souvent assez peu utile, que ce soit dans la profondeur de l’image ou que ce soit en terme d’effet spectaculaire.

Scénaristiquement, il ne faut pas se leurrer : on est dans un blockbuster pop-corn . Donc on peut laisser son cerveau à l’entrée de la salle bien évidemment (veiller à le récupérer quand même à la sortie…). Si quelques dialogues à double-sens sont assez drôles, la trame générale est d’un prévisible désarmant et certains choix (comme le nom de la sirène que l’on voit le plus souvent dans le film) laisse planer le doute entre un second degré assumé et un ridicule totalement involontaire.

Globalement, ce 4e Pirates des Caraïbes est un film moyen. Honnête divertissement, il souffre des défauts souvent relevés dans les films pop-corn : une intrigue creuse, des personnages effacés et un rythme un peu bancal. Son salut vient de son personnage principal attachant et drôle et de son univers visuel dépaysant nous renvoyant aux films de cape et d’épée d’antan… Dispensable.