Quand un journaliste sportif, Erik Kernan, dont la carrière peine à décoller, sauve un sans-abri d’une bagarre avec un groupe de petits voyous, il réalise qu’il ne s’agit pas d’un homme ordinaire mais d’un ancien champion de boxe : Bob Satterfield. Ce qui devait être la résurrection d’un grand homme devient aussi l’opportunité pour Erik de réexaminer sa propre vie, sa relation avec son fils et avec sa femme dont il est séparé depuis peu.

Note de l’Auteur

[rating:7/10]


Date de sortie : Inconnue en France
Réalisé par Rod Lurie
Film américain
Avec Samuel L. Jackson, Josh Hartnett, Alan Alda
Durée : 1h 55min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Un journaliste sportif qui peine à se faire un nom, une star de la boxe déchue devenue sdf, il n’en fallait pas plus à Rod Lurie (Le Dernier Château, Le Prix Du Silence) pour nous concocter l’une des histoires journalistiques les plus habiles et les plus efficaces que le cinéma ait pu nous offrir sur le sujet. On peut aisément imaginer et comprendre pourquoi un film comme celui-ci a pu mettre un paquet de temps avant de sortir sur les écrans avec de grosses longueurs très étouffantes par moment qui nous font perdre le fil directeur. En revanche, ce qu’on ne peut concevoir c’est cette désertion des salles. Pourquoi n’a-t-il jamais vu le jour dans nos salles obscures ? Cette question restera sans doute longtemps sans réponse mais au regard des nombreuses qualités du film elle devient presque incontournable, voir incompréhensible.

Car des qualités Renaissance D’Un Champion en possède à la pelle à commencer par ce duo d’acteurs succulents. Josh Hartnett est très crédible en journaliste sportif et du coup son enquête ne paraît jamais veine. On se surprend à essayer de découvrir au compte-goutte les indices sur ce boxeur à la dérive magnifiquement interprété par un Samuel L. Jackson en grande forme nous livrant sans doute son meilleur rôle depuis bien longtemps (peut-être depuis 2007 avec Black Snake Moan voir 2000 avec Incassable). L’acteur incarne avec perfection cet être presque enfantin et va jusqu’à mimer la marche assez particulière d’un boxeur se rendant sur le ring pour rendre crédible son personnage. A cela s’ajoute une mise en scène intéressante nous amenant avec plus ou moins de fluidité (ah ces maudites longueurs qui viennent tout gâcher !) vers le fin mot de cette histoire non sans surprise.

En bref, Renaissance D’Un Champion avait tout du petit poucet qui aurait mérité de se faire une place au soleil parmi les productions dramatiques du moment. De l’œil de Rod Lurie résulte un film d’une rare habilité (il est si facile de tomber dans le ridicule quand on touche au métier de journaliste au cinéma !) qui ravira les amoureux d’enquêtes prenant le temps de s’installer et qui finissent en apothéose en nous faisant tomber des nues. Si l’intérêt premier du cinéma n’est plus l’étonnement mais l’enrichissement du porte-feuille, alors Renaissance D’Un Champion ne verra malheureusement jamais le jour sur nos écrans.

Print Friendly, PDF & Email

[critique] Renaissance D’Un Champion

0