Dans un futur proche, les hommes sont parvenus à prolonger et améliorer la vie de leurs semblables à l’aide d’organes artificiels extrêmement sophistiqués et coûteux, élaborés par une société connue sous le nom de L’Union. Le sombre pendant de cette percée scientifique : lorsque les « greffés » ne sont plus à même d’honorer les échéances de leur crédit, L’Union envoie alors ses agents spécialisés, les Repo Men, pour reprendre la marchandise, sans se préoccuper du confort ou de la survie de leurs clients insolvables.

Rémy, un des meilleurs repo men sur le marché, est victime d’un arrêt cardiaque et se réveille avec le dernier modèle de cœur artificiel implanté dans le thorax, et la note salée qui l’accompagne. Cette intervention forcée produit cependant un effet indésirable : Rémy n’a plus le cœur à l’ouvrage. Quand il se retrouve dans l’incapacité de payer ses traites, L’Union assigne alors son agent le plus coriace, Jake, l’ex-coéquipier de Rémy, pour le retrouver et récupérer son bien.

Le chasseur est devenu la proie. Rémy se lie avec Beth, une autre débitrice, qui lui apprend comment disparaître du système. Avec Jake à ses trousses, l’ancien « repo » se lance dans une fuite effrénée au cœur d’un univers peuplé d’adversaires et d’alliés fragiles et se retrouve, contre son gré, l’apôtre de milliers de renégats.

Note de l’Auteur

[rating:7/10]


Date de sortie : 14 juillet 2010
Réalisé par Miguel Sapochnik
Film américain
Avec Jude Law, Forest Whitaker, Liev Schreiber
Durée : 1h 51min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Voguant sur la vague des blockbusters hollywoodiens à succès, Miguel Sapochnik essai avec Repo Men de se faire une petite place en grappillant ici et là des parts de marché et en essayant de se faire remarquer (le rêve de tous réalisateurs faisant des films à Hollywood). Seulement, faire un film de SF ressemblant de près ou de loin à des films du gabarit de Blade Runner ou Minority Report n’est peut-être pas la meilleure solution pour se faire une place dans le secteur, le niveau étant tellement élevé que le pauvre risque de se faire propulser vite fait bien fait aux oubliettes. Mais bon comme le dit la devise « qui ne tente rien, ‘a rien » et dans un certain sens Miguel Sapochnik a bien fait de se risquer à une telle entreprise.

Car oui Repo Men est un cliché à lui seul avec cette histoire de membre d’une unité spéciale se devant de reprendre les organes aux personnes ne pouvant plus les payer et qui un beau jour passe du chasseur au chassé. Tout ça pour quoi ? Simplement pour nous montrer le revers de la médaille. Cliché, cliché et encore cliché ! Seulement voilà, au final on mettra de côté cette succession de déjà-vus pour apprécier pleinement le spectacle qui se tient devant nous. Car oui, sans pour autant être une référence en la matière, Repo Men a tout de la série B remplissant habilement et pleinement son rôle : nous divertir. Ainsi, on se laissera volontiers plonger dans cette ambiance sombre mélangeant juste comme il faut action, gore et comédie.

[pullquote]Dès lors, le côté too-much de certaines scènes devient délicieux et l’on ne boude pas notre plaisir de voir Jude Law et Forest Whitaker s’affronter verbalement et physiquement.[/pullquote] Ajoutez à cela de gros clins d’œil à des films comme Old Boy et Matrix, des scènes de combats musclées, un second degré omniprésent, une bande originale convaincante et une fin étonnamment inattendue et vous obtenez l’artifice miracle pour nous en mettre plein les mirettes.

Repo Men : un film qui ne connaîtra probablement jamais la postérité mais qui mérite d’être regardé et apprécié pour ce qu’il est, un très bon divertissement.