Affiche du film RETREAT

Parti en « retraite » sur une île presque déserte, un couple en crise va croiser la route d’un jeune homme mystérieux, les avertissant qu’un virus mortel est en train de décimer le population…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 17 janvier 2012 en DVD et Blu Ray
Réalisé par
Film britannique
Avec , ,
Durée : 1h 30min
Titre original :
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Tout premier film du réalisateur Carl Tibbetts, Retreat est un thriller en huis clos malchanceux puisqu’il n’est pas passé par la case cinéma (du moins chez nous) mais loin d’être avare au niveau des qualités.

Prenant comme point de départ l’arrivée d’un couple déchirée sur un ilot leur permettant en principe de faire le point, Retreat commence comme un drame familial tout ce qu’il y a de plus banal. Tout va basculer le jour où ils découvrent le corps d’un jeune homme qui à son réveil va leur faire une confidence qu’ils ne pourront ignorer : le monde de dehors est infecté par un virus mortel. Alors, si le début du récit était porté par une belle photographie de la flore locale, le reste est confiné dans la demeure et n’en sortira qu’en de très rares occasions. Carl Tibbetts se devait donc de rester très cohérent avec son sujet et maintenir en alerte le spectateur. Autant le dire de suite, il a largement réussi le défi.

Photo (1) du film RETREAT

[pullquote]Un thriller plein de surprises et de suspense comme il est si rare d’en voir de nos jours.[/pullquote]

Très intelligent de part et d’autre de son récit, Retreat nous embarque dans une interrogation à tendance paranoïaque permanente et croissante. Il est bien évidemment normal de se faire sa propre opinion sur un tel sujet rien qu’en lisant le synopsis. Pour ma part il n’y avait pas de virus et le couple avait juste affaire à un détraqué. Beaucoup penseront comme moi et d’autres penseront qu’il y a réellement une épidémie qui rode. Cependant, au fil des minutes le doute s’installent dans notre esprit et persistera de manière si tenace que chaque approche du sujet s’en retrouvera bousculé.

Néanmoins, rien n’aurait été possible sans deux facteurs cruciaux pour ce genre de réalisation : une atmosphère angoissante criante de réalisme et des acteurs possédés par leur personnage. Sur ces deux points, Retreat brille de mille feux. L’ambiance arrivera à tenir les plus sceptiques en haleine jusqu’à la dernière ligne droite et les acteurs, malgré un Cillian Murphy un peu en-dessous de ce que l’on était en droit d’attendre de sa part, sont calibrés juste comme il faut. Mention spéciale à un Jamie Bell envoûtant qui nous révèle une nouvelle facette de son jeu d’acteur. Celle-ci est de loin la plus intéressante exposée à ce jour à l’écran.

En résulte un film de genre d’une rare maitrise où rien n’est joué d’avance, un thriller plein de surprises et de suspense comme il est si rare d’en voir de nos jours. Chapeau bas monsieur Tibbetts.

Photo (2) du film RETREAT